Euro 2020 : Roberto Mancini, l’ancien Cityzen qui veut mener l’Italie sur le toit de l’Europe

Certains entraîneurs marquent l’histoire par la grande porte en gagnant partout où ils passent. Sans faire de bruit, Roberto Mancini peut presque prétendre à cette catégorie. Le technicien italien n’est pas la plus bankable des entraîneurs mais pourrait définitivement rentrer dans la catégorie des entraîneurs de légende ce dimanche soir.

Né sur les bords de la mer Adriatique, le jeune Roberto a directement été passionné par le ballon et en demandait un nouveau à chaque Noël. À seulement treize ans, il quitte sa petite ville de Jesi pour aller faire un test à Bologne. Un test passé haut la main qui lui offre les portes du centre de formation du club. Parti loin des siens, il ne met que trois ans à intégrer l’équipe espoir de Bologne avant de faire ses débuts en Serie A quelques mois plus tard.


►►► À lire aussi : Mancini, l’homme de la Renaissance italienne


Sa technique au-dessus de la moyenne et ses neuf buts lors de sa première saison alors qu’il n’avait pas encore atteint la majorité tapent dans l’œil de la Sampdoria qui dépense une fortune (environ 40 millions d’euros actuels) pour l’amener à Gênes. Le résultat est sans appel puisqu’il marque l’histoire du club en étant un des piliers de tous les titres remportés par la Sampdoria dans toute son histoire : un Scudetto, 4 Coupes, 1 Supercoupe, 1 Coupe des coupes, sans oublier une participation à la finale de la Ligue des champions. Sa carrière de joueur se termine sur la pointe des pieds à Leicester après un passage victorieux à la Lazio qui lui permet de glaner quelques titres supplémentaires.

De l’autre côté de la barrière, les titres toujours présents

L’élégant italien tire sa révérence à 36 ans et devient T2 à la Lazio avant de recevoir une première chance comme entraîneur principal à la Fiorentina. Seulement quelques mois après son arrivée à la tête de la Viola, Mancini décroche la Coupe d’Italie. Dans toute sa carrière d’entraîneur, l’ancien numéro 10 en a remporté quatre dont une avec la Lazio, où il signe quelques mois après son départ de la Fiorentina.

La Coppa c’est bien, mais le Scudetto, c’est mieux. Sans titre de champion depuis 1989, l’Inter Milan fait appel au Mister pour redresser la barre. Le résultat est sans appel : les Nerazzurri remportent la Serie A en 2006, 2007 et 2008. Au sommet de la gloire après le triplé, Mancini a envie d’ailleurs et quitte le navire par la grande porte.

Roberto à l’heure anglaise

En décembre 2009, Mancini trouve un nouveau challenge en signant à Manchester City, encore aux prémisses de son nouveau projet à coups de millions de livres. Il remporte après deux ans la FA Cup, brisant ainsi la série historique de 35 années sans titres pour les Citizens. La saison suivante : la légende s’écrit lorsqu’Agüero inscrit le but victorieux à la dernière minute de la dernière journée et offre ainsi le titre de champion aux Mancuniens alors qu’ils courraient après depuis 1968 ! Une Community Shield plus tard, l’Italien quitte l’Angleterre comme celui qui aura ramené les Skyblues dans les hautes sphères du royaume.

Mancini découvre ensuite d’autres expériences en allant à Galatasaray et au Zénith Saint-Petersbourg après un retour à l’Inter Milan. Le palmarès de l’entraîneur est assez exceptionnel : il n’y a qu’en Russie qu’il n’a rien gagné. De quoi placer un homme au sein des plus grands entraîneurs du continent.

"Vous vous êtes adressé à la bonne personne"

Après le terrible élimination de l’Italie lors des qualifications de la dernière Coupe du monde, la Fédération veut tout changer pour reconstruire la Squadra. Alessandro Costacurta, légende de l’AC Milan et membre de la Fédération, discute avec Roberto Mancini de ce qu’il souhaite pour l’avenir de la Nazionale en lui expliquant ses objectifs : "Je veux une équipe qui va presser nos adversaires dans leur moitié de terrain". La réponse du technicien est claire : "Vous vous êtes adressé à la bonne personne".


►►► À lire aussi : Chiesa : "Ces deux dernières années, Mancini a amené sa vision du football et on recueille aujourd’hui les résultats"


Dès son arrivée, le jeu est mis en place et Mancini reste fidèle à ses principes. Fini le catenaccio et autres tactiques défensives, l’Italie est désormais une armada offensive bien rodée. Équipe la plus intéressante du premier tour, la Squadra s’est petit à petit imposée comme l’un des favoris au titre suprême et reste sur une dynamique absolument incroyable. Depuis septembre 2018, la Nazionale n’a tout simplement pas perdu le moindre match, remportant au passage 27 des 32 rencontres disputées.

Parfois sous-estimé lorsqu’il est l’heure de citer les plus grands entraîneurs, Mancini est pourtant l’un des plus forts. Ce dimanche, le sélectionneur italien peut marquer l’histoire en menant la Squadra là où on ne l’attendait pas et définitivement entrer dans la légende. "Presque personne ne croyait que nous pouvions le faire, et pourtant nous sommes en finale." a déclaré Mancini après la qualification pour la finale. Cette fois, toute la botte y croit et a bien raison d’espérer soulever son deuxième titre européen.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK