Euro 2020 : It's now or never !

L'année 2019 fut un cru exceptionnel pour les Diables Rouges : 30/30 dans les European Qualifiers, la meilleure attaque toutes nations confondues (40), la première équipe qualifiée sur le terrain (à trois matchs de la fin), et un statut conforté de première nation mondiale. Des chiffres qui valent à la Belgique la plus grande distinction et les félicitations du jury, mention rehaussée par la qualité de jeu affichée, et juste tempérée par la qualité d'ensemble (historiquement faible) de son groupe de qualification.

Mais l'essentiel vient en 2020. C'est en juillet seulement que l'on pourra juger si la Belgique a réellement progressé en deux ans, si les leçons de l'échec de la demi-finale de Saint-Pétersbourg ont été tirées, si la fameuse génération dorée peut se préparer à tirer sa révérence avec un trophée dans l'armoire à souvenirs.

Tour dépendra, comme toujours, de la conjonction de plusieurs facteurs : les blessures avant et pendant le tournoi, le hasard du parcours au gré l'épreuve et, bien entendu, la forme et l'inspiration du moment.

Les annonces de retraites (Vermaelen ? Kompany ? Vertonghen ?) et de possibles retours (Fellaini ?), de même que l'avenir de Roberto Martinez à la tête de la sélection détermineront aussi le futur de notre équipe nationale. Après l'Euro, qu'il soit ou non synonyme de succès, le plus dur commencera...

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK