Angleterre – Danemark : Hojbjerg-Kane, Christensen-Mount, ces adversaires qui se connaissent par coeur

Après Italie – Espagne, place à la 2e demi-finale de cet Euro ce mercredi. D’un côté, l’Angleterre bling-bling, emmenée par son escouade de stars, invaincue et qui n’a toujours pas encaissé le moindre but dans la compétition.

De l’autre, le Danemark, redoutable collectif (visiblement en mission depuis l’incident de Christian Eriksen) et qui semble armé pour faire tomber les Three Lions de leur piédestal. Déséquilibrée avant l’entame de la compétition, cette confrontation paraît désormais plus indécise que jamais. Surtout que les joueurs se connaissent, pour la plupart, par cœur.

Une rapide lecture des forces en présence nous permet en effet de constater que 9 des 23 joueurs danois évoluent en Angleterre. Habitués aux joutes physiques, au kick and rush parfois typiquement british, ils savent donc probablement comment appréhender cette rencontre. Tour d’horizon de ces Danois qui peuplent les formations de Premier League.


►►► À lire aussi : Le Danemark, boosté par l'esprit "Eriksen", veut faire tomber l'Angleterre pour passer du cauchemar au conte de fée


 

Leicester : Schmeichel, un loup parmi les Foxes

Du haut de ses 35 printemps, l’impérial Kasper Schmeichel en est probablement le meilleur exemple. Scandinave pur souche, leader charismatique mais plutôt réservé, il veut succéder à son paternel, Peter, qui avait soulevé le trophée à l’Euro il y a pile 29 ans.

Sur la pelouse de Wembley mercredi soir, l’inamovible gardien de Leicester (au club depuis 2011) croisera plus que probablement d’anciens coéquipiers, qu’il connaît donc bien, puisque Harry Maguire (à Leicester entre 2017 et 2019) devrait être titulaire alors que Ben Chilwell (chez les Foxes entre 2015 et 2020) pourrait jaillir du banc.

Chelsea : Andreas Christensen, joueur de Blues

Autre taulier des Danois à connaître les pelouses de Premier League comme sa poche, Andreas Christensen. Arrivé à Chelsea en 2013 (avant d’être prêté deux ans à Gladbach entre 2015 et 2017), le roc a alterné le chaud et le très froid depuis son arrivée chez les Blues, mais est finalement parvenu à faire son trou en fin de saison dernière, disputant la quasi-intégralité des rencontres de championnat.

Sur la pelouse de Wembley, il croisera la route de plusieurs coéquipiers blues, Ben Chillwell, Reece James et Mason Mount en tête. Et si le premier a vécu quelques péripéties covidiennes et que le second n’a disputé que 90 minutes depuis l’entame du tournoi (face à l’Ecosse), le troisième est un pilier quasi incontournable dans le dispositif de Southgate et devrait donc être aux prises avec Christensen pendant tout le match. Duel alléchant..

Tottenham : Pierre-Emile Hojberg, le Spur fait vivre

Pierre-Emile Hojbjerg est un monstre. Pierre angulaire du dispositif danois (il n’a pas encore raté une seconde depuis l’entame du tournoi), il est tout aussi important à Tottenham… puisqu’il a disputé tous les matches de Premier League cette saison dans leur intégralité (!).

Infatigable marathonien doté d’une belle vision du jeu, Hojbjerg retrouvera son coéquipiers Spur ce mercredi soir, un certain Harry Kane. Auteur d’un début de tournoi en dents de scie et critiqué par la presse anglaise, le sérial buteur britannique a retrouvé de sa superbe depuis le début des choses sérieuses, enquillant trois buts sur les deux derniers matches à élimination directe.

Mettre des bâtons dans les roues de son coéquipier londonien, voilà donc plus que probablement la mission principale d’Hojbjerg ce mercredi soir. Les entraînements à Tottenham paieront-ils leurs fruits ?

On notera par ailleurs que Hojberg, arrivé chez les Spurs en 2020, n’a jamais croisé Kieran Trippier puisque le feu follet anglais avait levé les voiles pour Tottenham en 2019.

Petite pensée évidemment aussi pour Christian Eriksen, taulier des Spurs pendant de longues années (2013-2020) et qui distillera probablement de précieux conseils à ses coéquipiers depuis sa chambre d’hôtel. Parce que s’il y a bien une personne qui sait comment faire déjouer Harry Kane, c’est lui.

Autres clubs : Jannik Vestergaard en fer de lance

Jannik Vestergaard n’est assurément pas le plus connu des Danois. Coincé derrière l’inamovible duo Kjaer-Christensen en début de tournoi, il a profité du passage vers une défense à trois pour brillamment s’immiscer dans l’équipe. Une équipe qu’il n’a plus quittée depuis.

Admirable dans son abattage, sa fougue, sa couverture et son impact physique, il est l’une des raisons qui expliquent la solidité défensive des Dynamite Danoises (équipe qui "offre" le moins de tirs à ses adversaires).

A Southampton depuis 2018, il ne croisera pas de coéquipier mercredi soir puisque Danny Ings n’a pas été sélectionné pour la grande messe européenne. Mais quelque chose nous dit que son expérience des pelouses de Premier League risque de lui être bien utile pour contrecarrer les attaques des Sterling, Kane et consorts.

Autres Danois évoluant en Angleterre :

Jonas Lössl (Huddersfield/Gardien)

Joachim Andersen (Fulham/Def)

Mathias Jorgensen (Huddersfield/Def)

Mathias Jensen (Brentford/Mil)

Christian Norgaard (Brentford/Mil)

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK