Timothy Castagne : " En Italie, on mange de la tactique matin, midi et soir "

Voir cette publication sur Instagram

Insta Live « La Prolongation » avec @timothycastagne

Une publication partagée par RTBF Sport (@rtbfsport) le

Les Insta Live de la rédaction se poursuivent. Ce jeudi 21 mai, Le Diable rouge Timothy Castagne était notre invité, lui qui a enfin pu reprendre les entrainements. "Ça a été long", confirme le défenseur de l'Atalanta Bergame. "Je vis dans la région la plus touchée mais j'ai l'impression que l'on a fait le plus dur. Les deux premières semaines de confinement, on ne pouvait pas du tout sortir. Heureusement, j'étais avec ma copine et ça a beaucoup aidé. Ensuite, on a pu enfin un peu sortir pour faire des courses mais on devait, dans un premier temps, y aller seul."

Et durant cette longue période, le Diable Rouge a dû entretenir sa condition physique seul. "On a reçu un programme personnalisé du club. On a également reçu un tapis de course. Je m'entrainais sur mon balcon, dans mon allée de garage. On restait également en contact entre joueurs via les réseaux sociaux ou les vidéoconférences que l'on avait régulièrement avec le staff. Je suis également resté en contact avec Romelu Lukaku. On comparait nos vies, lui à Milan, moi à Bergame". 

Les mesures sont désormais assouplies et les entrainements ont pu redémarrer. "Ça a fait du bien. C'est quand même plus agréable que de courir sur un tapis, même si notre coach nous fait aussi beaucoup courir. L'aspect tactique est également très important en Italie. On mange de la tactique matin, midi et soir. Même les petites équipes sont bien en place. C'est une des différences avec le championnat de Belgique".

Après la reprise, le but de la ligue italienne est de reprendre le championnat. " Tout le monde a envie de reprendre mais je trouve que la décision met du temps à être prise. Cela nous laisse dans une position d'attente. Néanmoins, je comprends que c'est une décision difficile. Le huis-clos sera surement de rigueur. Pour l'avoir vécu à Valence en Ligue des Champions, je sais que ce n'est pas la même chose mais c'est mieux que rien."

Depuis le début de sa carrière, on l'a souvent comparé à Thomas Meunier, tous deux originaires de la province du Luxembourg et évoluant au même poste. "On a pourtant pas le même profil. Il est plus fort que moi offensivement et je pense être plus fort défensivement puisque je joue à ce poste depuis plus longtemps. Mais cette comparaison ne me dérange pas. C'est un exemple pour tout le monde dans la région. Petit, j'allais le voir jouer à Virton. Lors de notre première confrontation, il est venu me voir à la fin du match et nous avons échangé nos maillots. C'était chouette de sa part parce que lui ne me connaissait pas. ", se remémore celui qui fut un grand skieur dans sa jeunesse avant d'opter définitivement pour le football.

Thomas Meunier et Timothy Castagne auraient d'ailleurs dû se retrouver à l'Euro cet été. " Même si cela devait être ma première grande compétition avec les Diables, je ne suis pas déçu de cette annulation. En étant en Italie, en ayant vu que cette épidémie était grave, je ne pouvais pas être étonné. On reviendra plus fort dans un an. C'est vraiment un super groupe qui m'a accueilli encore plus facilement que je ne l'avais espéré", explique le joueur de l'Atalanta que l'on dit très convoité.

"Je suis bien en Italie. La vie n'est pas si différente de la Belgique, à part la langue bien entendu. Même les températures, dans le nord de l'Italie, ne sont pas sans rappeler mon pays. Mais si je devais choisir une future destination, j’opterais sans doute pour l'Angleterre. Mais je n'ai pas d'équipe favorite, toutes les équipes sont belles dans ce championnat.", explique le joueur, fan de Thierry Henry dans sa jeunesse.