Demi-finale de coupe d'Italie : Juventus-Inter, une histoire trouble qui déchaîne les passions

Surnommée le " Derby d’Italie ", cette confrontation voit s’opposer deux formations provenant de régions historiquement rivales : la Lombardie pour l’Inter et le Piémont pour la Juventus. L’inimitié entre les deux clubs reste avant tout sportive et est riche d’une histoire marquée par les scandales. Retour sur les raisons qui opposent ces deux géants d’Italie.

L’un des premiers événements qui façonne cette rivalité légendaire a lieu en 1961. Alors que les deux équipes se battent pour décrocher le titre, elles s’affrontent lors de l’avant-dernière journée. 5000 supporters turinois envahissent la pelouse, obligeant l’arbitre à arrêter le match après une demi heure de jeu. La décision tombe. La Juventus perd sur tapis vert.

Les Bianconeri font appel et obtiennent gain de cause. Une décision sans doute influencée par la double fonction de leur président également président de la Fédération italienne. Le match doit être finalement rejoué alors que la Vieille Dame vient de décrocher le titre. En protestation contre cette décision, l’Inter aligne les jeunes et se fait humilier par la Juventus sur le score de 9-1.

L’Inter récupère les titres perdus de la Juventus

L’antagonisme entre les deux formations atteint son paroxysme au milieu des années 2000 lorsqu’éclate la célèbre affaire du Calciopoli. À cette époque, Luciano Moggi, Directeur général de la Juventus, est épinglé par la Gazzetta dello Sport pour des conversations qu’il a eues avec le responsable de la désignation des arbitres. Mis en examen, Moggi est condamné et quitte la Juventus, comme les douze autres membres du Conseil d’administration du club piémontais.

La sanction est sévère pour le club le plus titré d’Italie. Les titres obtenus en 2005 et 2006 lui sont retirés et le club est relégué en Serie B. Les supporters de la Vieille Dame accusent Massimo Moratti, président de l’Inter à l’époque d’être derrière toute cette affaire puisque le club lombard en a profité pour récupérer les deux titres perdus par la Juventus.

Antonio Conte, symbole de la rivalité

Personne ne l’aurait cru il y a quelques années mais c’est bien la réalité : Antonio Conte est l’entraîneur de l’Inter depuis la saison dernière. Véritable icône de la Juventus, l’entraîneur italien est passé de l’autre côté. Si d’autres joueurs ou entraîneurs ont franchi le pas dans le passé, l’ancien entraîneur de Chelsea symbolise pleinement l’animosité qui existe entre les deux formations.

Lorsqu’il arrive en 2011 à la Juventus, Conte fait des miracles en remportant 3 scudetti consécutifs alors que la Juve sortait de deux années terminées à la septième place. En tant que joueur, l’Italien a passé 13 saisons sous le maillot de la Vieille dame, remportant notamment 5 titres de champion. Capitaine pendant plusieurs saisons, Antonio Conte est incontestablement l’une des figures les plus importantes de l’histoire du club piémontais.

Même s’il est passé par l’équipe nationale italienne et Chelsea depuis son départ de la Juve, le passage de Conte sur le banc de l’ennemi est très mal perçu dans les rangs des supporters turinois. Une rancoeur d’autant plus forte qu’il a ramené Arturo Vidal cette saison à l’Inter, lui aussi ancien joueur de la Juventus.

Et cette saison ?

Éliminé des compétitions européennes, l’Inter n’a qu’un objectif en tête : briser l’hégémonie de la Juventus qui vient de remporter les neuf derniers titres. Au sommet du classement, les deux équipes sont à la poursuite de l’AC Milan dans une course au scudetto plus indécise que jamais. Un titre de l’Inter rajouterait du piment à la rivalité des deux formations.

Ce soir, elles se retrouvent pour la demi-finale de la Coupe d’Italie. Lors du match aller, Cristiano Ronaldo avait inscrit un doublé pour offrir une victoire de la Juve en Lombardie (1-2). Suspendu lors de la première manche, Romelu Lukaku voudra sans doute aider ses coéquipiers à renverser la tendance alors que les Nerazzurri n’ont plus remporté le moindre trophée depuis la Coupe en… 2011.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK