Luis Alberto mieux que De Bruyne, Immobile mieux que Lewandowski: La Lazio peut-elle se mettre à rêver ?

3-1 : La Lazio a frappé un grand coup en infligeant la première défaite de la saison à la Juventus. Une septième victoire consécutive qui a permis aux Romains de se rapprocher de la tête du championnat. Troisième avec 33 points, ils ne sont qu’à trois longueurs de la Juventus et à cinq de l’Inter. Doit-on pour autant les considérer des candidats au titre ? Pourquoi pas, serons-nous tentés de dire.

Le mérite de cette réussite revient en grande partie à l’entraîneur Simone Inzaghi, capable de maintenir son équipe dans les hauts quartiers du classement malgré un budget limité en matière de transferts. Les observateurs italiens sont séduits par le jeu produit par son équipe, l’une des plus spectaculaires avec l’Atalanta. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les 'Biancocelesti' sont la deuxième meilleure attaque de Serie A avec 36 buts marqués en 15 matches, un de moins que les Bergamasques.

Immobile et Luis Alberto, meilleur buteur et meilleur passeur en Europe (Big Five)

Pour marquer autant, la Lazio peut compter sur deux as en zone de finition : Ciro Immobile et Luis Alberto, respectivement meilleur buteur et meilleur passeur d’Italie ET des cinq grands championnats européens. L’attaquant italien est en pleine forme avec ses 17 buts et sur les traces de son record en Serie A (29 en 2017-2018), mieux que Lewandowski (16) ou Vardy (14) dans leur championnat. Luis Alberto est quant à lui en état de grâce. Passé plutôt anonymement par Liverpool et Séville, ce médian espagnol de 27 ans revit pour sa 4e saison en Italie. Avec onze passes décisives, il domine le classement des passeurs italiens et fait mieux que les autres donneurs d’assist européens, Kevin De Bruyne compris (9).

Avec la verticalité de Luis Alberto et Immobile et la puissance d’un Sergej Milinkovic-Savic retrouvé, les Romains brillent dans les reconversions offensives. Derrière Manchester City, la Lazio est la deuxième équipe européenne à qui il faut le moins de temps de possession de balle pour pénétrer dans les 20 derniers mètres.

Si l'on ajoute à cela, une solidité défensive retrouvée (2e meilleure défense) avec un Francesco Acerbi infranchissable (seul défenseur à n’avoir jamais été dribblé en ce début de saison), il y a de quoi être optimiste.

Un noyau restreint qui limite les choix

Pourtant un point d’interrogation plane sur la capacité de la Lazio à suivre le rythme endiablé de l’Inter et de la Juventus. A côté des titulaires indéboulonnables, les remplaçants ne semblent pas du même niveau. On peut d’ailleurs le constater quand les 'Biancocelesti' font tourner en Europa League où le club italien occupe la troisième place de son groupe derrière le Celtic et Cluj.

L’objectif dans le top 4 et d’un ticket pour la prochaine Ligue des Champions semble donc plus réaliste pour la bande à Inzaghi. Mais l’appétit vient en mangeant et les surprises sont toujours possibles dans l’une des saisons les plus ouvertes de la dernière décennie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK