Thauvin craque à l'interview: "Je suis en train de raconter n'importe quoi... c'est mort, c'est fini"

Thauvin craque à l'interview

La langue de bois s'empare régulièrement des interviews rituelles post-match dans le monde du sport et du football en particulier. Habitués à l'exercice, les joueurs gèrent souvent leur communication et ne sortent pas des clous, sous peine de sanction de la part de leur club, ou de faire le tour du web. 

Florian Thauvin le sait, mais il n'a pas pu s'empêcher d'opérer un revirement dans son discours en zone-mixte après la défaite de l'Olympique de Marseille à Bordeaux. Un résultat qui éloigne presque définitivement Marseille du podium cette saison... Et qui a donc valu un petit craquage du joueur au micro de l'Equipe, assez inhabituel. Mais surtout, un discours plein d'honnêteté et de franchise, bien que teinté d'une frustration sans doute justifiée. 

"Il n'y a pas grand chose à dire. On démarre quand même bien, parce qu'on arrive à se créer deux trois situations, avec des centres etc. Après je n'ai pas revu l'action du penalty, il y a en a peut-être un pour nous." Jusque-là rien d'étonnant. 

Mais le Marseillais pousse ensuite un gros soupir avant de dire ce qu'il a véritablement sur le cœur. "En vrai là je suis en train de raconter n'importe quoi. On a perdu le match, ça ne sert à rien de chercher des excuses. Je ne sais même pas ce que je raconte, je suis fatigué."

Le journaliste lui demande alors si les espoirs de podium se sont envolés, Marseille est actuellement cinquième avec 48 points, à huit points de Lyon (troisième) qui a encore un match de plus à jouer. "Oui c'est mort, c'est fini. (...) Il faut arrêter de se raconter des histoires. On n'a pas fait une bonne saison. Et même si on allait en ligue des champions on irait en C1 pour montrer quoi? Il ne faut pas se raconter de conn****. C'est toujours la même chose. Chaque année c'est à répétition. On lâche les saisons pour rien. On ne gagne pas les matches qu'il faut. On fait trop d'erreurs. Aujourd'hui il n'y a qu'une chose à faire c'est se taire. On n'a pas été bon, on a été nul, il faut l'assumer." Des mots forts qui ne plairont sans doute pas à tout le monde, mais qui ont le mérite d'être clairs et pour le moins honnête. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK