Teklak sur la blessure de Neymar : "On ne pourra jamais protéger les artistes"

Faut-il protéger les artistes ? Comment éviter le matraquage des stars du ballon rond ? Ces questions reviennent sur la table à chaque fois qu’une des étoiles du foot doit quitter le terrain sur blessure. Cette fois c’est à nouveau Neymar. Blessé lors du 32e de finale de Coupe de France par le défenseur de Caen Steeve Yago, le Brésilien souffre d’une lésion de l’adducteur gauche et sera absent 3-4 semaines ce qui l’oblige à déclarer forfait pour le 1/8e de finale de Ligue des champions entre Barcelone et le Paris Saint-Germain, le 16 décembre prochain.


►►► À lire aussi : Blessure de Neymar : la star du PSG réagit et évoque "son immense douleur

►►► À lire aussi : Neymar blessé avec le PSG: la malédiction des 8es de finale pour le Brésilien


Une catastrophe pour le PSG mais une malheureuse réalité footballistique aux yeux de notre consultant, et ancien défenseur, Alex Teklak.

Les artistes du ballon rond sont-ils victimes de plus nombreuses fautes aujourd’hui que par le passé ?

"Non, ce serait paradoxal et contradictoire de dire cela. Les joueurs sont beaucoup plus protégés aujourd’hui. On ne voit plus autant d’agressions qu’à l’époque de Maradona. Il y a eu de grandes avancées au niveau de l’arbitrage et on voit des joueurs plus prudents dans leurs interventions parce qu’ils savent qu’ils risquent gros. Avec le VAR et un règlement plus strict on est sur la bonne voie mais on ne pourra jamais réellement protéger les artistes. Et les entraîneurs qui le réclament font un peu du vent parce que cela fera toujours partie du football."

Pourquoi cela vous semble-t-il inévitable ?

"Si on demande à un arbitre d’intervenir tout de suite dès la première faute sur un joueur considéré comme un " artiste " il va devoir être conséquent et siffler toutes les fautes de ce type sur tous les joueurs. Les arbitres ne peuvent pas privilégier un joueur plutôt qu’un autre en le surprotégeant. "

Faut-il alors demander aux joueurs plus techniques de simplifier leur jeu pour ne pas se mettre en danger ?

"Non, certainement pas ! Cela voudrait dire que l’agresseur a gagné et on aime le foot parce que Neymar ou Eden Hazard dribblent, sont flamboyants et amènent du spectacle. Cela dit Hazard et Neymar sont des joueurs différents. Neymar a tendance à rajouter une dose de provocation dans ses dribbles alors qu’Hazard respecte plus ses défenseurs. En faisant cela le Brésilien ouvre la porte à des problèmes mais ce n’est pas pour autant qu’un défenseur a le droit de 'péter un câble'."

Y a-t-il malgré tout une piste à creuser pour éviter que les joueurs techniques soient autant malmenés par leurs adversaires ?

"On a déjà entendu parler de sanctions encore plus fortes en punissant l’auteur de la faute à hauteur de l’indisponibilité du joueur blessé mais ce n’est pas vraiment réaliste. Je ne serais pas contre une telle règle si on pouvait être sûr de l’intentionnalité. Mais il faut être certain de l’intentionnalité. Prenez l’exemple de Thomas Meunier qui a blessé Eden Hazard. Il ne l’a pas fait exprès ! Il ne doit donc pas payer ce geste, certes maladroit, en étant sur la touche plusieurs semaines. Après, il y a encore d’autres nuances. Un joueur qui en blesse un autre en prenant un trop gros risque et en réalisant un geste mal maîtrisé doit aussi être puni sévèrement."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK