Marseille coule à Lille, le "derby" du Languedoc marqué par les incidents

Marseille coule à Lille, le "derby" du Languedoc marqué par les incidents
Marseille coule à Lille, le "derby" du Languedoc marqué par les incidents - © PHILIPPE HUGUEN - AFP

Marseille, surclassé par Lille (3-0), se retrouve éjecté du podium de Ligue 1, dimanche en clôture d'une 8e journée marquée par les incidents ayant entraîné les deux longues interruptions du "derby" remporté par Montpellier contre Nîmes (3-0).

Grâce à leur victoire respective sur le même score, Lille et Montpellier se sont emparés de la 2e et de la 3e place du championnat derrière le Paris SG, intouchable leader avec déjà huit points d'avance.

Marseille puni à Lille

"On va laver le linge sale en famille parce que je pense qu'on a beaucoup de choses à se dire après un match comme ça": l'aveu du capitaine marseillais Dimitri Payet au micro de Canal+ après la déroute de son équipe est éloquente. L'OM, plombé par les blessures et une défense aux abois, a déjà subi sa 3e défaite de la saison en huit journées !

En encaissant ses 14e, 15e, et 16e buts de la saison, les coéquipiers de Steve Mandanda et Luiz Gustavo, fautifs sur les deux premiers buts lillois, se retrouvent à 3 points du podium... et 19e au classement des défenses de L1, juste devant la lanterne rouge Guingamp.

L'homme des tourments marseillais ? Nicolas Pépé, l'homme en forme de Lille. L'ailier ivoirien a ouvert le score en transformant l'un des deux penalties qu'il a lui-même provoqués (64e s.p.). Jonathan Bamba s'est chargé de convertir le second (86e, s.p.), avant de réaliser le doublé (89e).

Rudi Garcia, qui avait choisi d'évoluer avec une formation très défensive avec Payet sur le banc et Grégory Sertic titularisé dans l'entrejeu, va devoir vite trouver la solution.

Pagaille à Montpellier

Un grillage qui cède sous la pression de supporters en folie, deux interruptions, une ambiance de braise: Montpellier, qui a surclassé Nîmes (3-0), est passé par toutes les émotions pour remporter le premier derby du Languedoc depuis 25 ans, grâce à des buts d'Ambroise Oyongo (28e), Andy Delort (s.p. 45+9) et Gaëtan Laborde (79e).

Et pourtant, les supporters montpelliérains ont risqué de perdre cette victoire historique sur tapis vert en entraînant l'interruption du match à deux reprises.

D'abord en première période pendant sept minutes quand un des grillages a cédé sous le poids des supporters fêtant l'ouverture du score d'Oyongo, à la 28e minute. Deux personnes ont été légèrement blessées, un an jour pour jour après un événement similaire lors d'un Amiens-Lille, où 29 Lillois avaient été blessés.

Puis après le but du 3-0 à la 80e minute, quelques éléments du groupe Butte Paillade ont cette fois pénétré sur la pelouse, provoquant une interruption de jeu de près d'une demi-heure.

La commission de discipline de la Ligue (LFP) va se réunir dès lundi "pour étudier les suites à donner" à l'affaire.

VAR et attaque en panne à Rennes

Encore une fois, Rennes a laissé filer deux points: en supériorité numérique durant toute la seconde période, les Bretons ont concédé le nul contre Toulouse (1-1) à domicile... après avoir pourtant ouvert le score sur un penalty litigieux.

Conséquence, Rennes végète à la 16e place. Bien loin des objectifs ambitieux affichés en début de saison. M'Baye Niang, l'une des recrues majeures du mercato, victime d'un tacle spectaculaire de Jean-Clair Todibo, pensait avoir fait le plus dur en transformant le penalty qu'il a lui-même provoqué (70e).

Problème pour le TFC, le système d'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) était en panne pour confirmer la décision initiale de l'arbitre Thomas Léonard.

Animé d'un sentiment d'injustice, Todibo, jeune défenseur de 18 ans, s'est fait justice lui-même en égalisant dans les toutes dernières minutes sur une tête imparable (88e). Grâce à ce résultat inespéré, Toulouse (7e, 12 points) reste dans le bon wagon.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK