Le fisc français s'intéresse aux "Football Leaks"

Une enquête préliminaire pour "blanchiment de fraudes fiscales aggravées" a été ouverte en France après la révélation dans la presse des "Football Leaks", qui mettent en cause le recours de vedettes du football aux paradis fiscaux, a annoncé mardi le parquet national financier.

Les "Football Leaks", des investigations menées par 12 médias européens, ont mis à jour des soupçons d'évasion ou d'optimisation fiscale concernant l'attaquant du Real Madrid, le Portugais Cristiano Ronaldo, les Argentins Angel Di Maria et Javier Pastore, joueurs du club parisien PSG ou encore l'international français Paul Pogba évoluant au Manchester United.

"A la suite de la publication, les 9 et 12 décembre 2016, d'une série d'articles de presse relatifs aux 'Football Leaks', le parquet national financier (PNF) a décidé d'ouvrir le 12 décembre 2016 une enquête préliminaire du chef de blanchiment de fraudes fiscales aggravées, faits susceptibles de concerner des résidents fiscaux français", selon un communiqué.

Sans considération de sa nationalité, un résident fiscal français est redevable de l'impôt en France s'il y exerce son activité professionnelle en France, s'il y perçoit des revenus ou s'il passe au moins la moitié de l'année sur le territoire.

Les "Football Leaks" ont notamment révélé que Cristiano Ronaldo est soupçonné d'avoir "dissimulé 150 millions d'euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les Iles vierges britanniques".

Ces investigations ont aussi dévoilé qu'une partie des revenus d'Angel Di Maria et Javier Pastore transiterait par des paradis fiscaux, tandis que Paul Pogba aurait eu recours au paradis fiscal des îles anglo-normandes, à l'instigation de son agent Mino Raiola.

Le site d'information français Mediapart affirme également que l'équipementier sportif Adidas aurait rémunéré pendant trois années consécutives, de 2010 à 2012, l'Argentin Lucho Gonzalez, qui évoluait alors à l'Olympique de Marseille, directement au Panama, un paradis fiscal, pour un total de 150.000 euros.

En Espagne, le fisc a demandé au journal El Mundo, partenaire des investigations, de lui transmettre les documents liés à l'enquête.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK