L'incroyable retrait de Malbranque

Né à Mouscron mais Français de nationalité, Steed Malbranque a connu un parcours professionnel pour le moins atypique. Alors qu’il connait un début de carrière fulgurant à Lyon où il est titularisé à 19 ans, il décide de tout quitter pour rejoindre Fulham, fraîchement promu en Premier League.

Le pari de Malbranque est une réussite, puisqu’il s’impose au sein de l’équipe, participe à quelques 175 matches et marque la bagatelle de 35 buts pour le compte des Cottagers.

Suite à ses belles performances, il franchit un palier supplémentaire en signant à Tottenham en 2006.  Là encore, il connait le succès en devenant un titulaire indiscutable chez les Spurs (76 matches et 9 buts en 2 saisons à peine).

En 2008, Sunderland fait de lui une priorité et le recrute pour une durée de trois ans. Le Français va une fois de plus faire l’unanimité en jouant pas moins de 102 matches en trois saisons pour les Black Cats.

Cet été, Saint-Etienne a cru avoir réussi  un coup de maître en transférant ce milieu offensif aux dribbles chaloupés et aux accélérations tranchantes. Mais c’était sans compter sur le coup de théatre qui a eu lieu samedi.

Juste avant le match contre Sochaux, Steed Malbranque est allé voir l’entraineur des Verts Christophe Galtier pour lui dire qu’il ne pourrait pas jouer. Interrogé par l’Equipe, ce dernier a annoncé que plus que la rencontre, c’était à sa carrière que le néo-stéphanois voulait mettre un terme : « Il m’a dit qu’il ne pouvait pas jouer le match à Sochaux, en raison de problèmes et soucis personnels. (…) Il est bien avancé dans cette réflexion (ndlr : de mettre un terme à sa carrière). J’ai vu un garçon touché  »

Aujourd’hui, les dirigeants de Saint-Etienne ont confirmé la rupture du contrat avec le joueur. Quant aux « soucis personnels » évoqués, le porte-parole de Malbranque a confirmé qu’il ne s’agissait pas de problèmes médicaux : « Il n’a ni problème personnel ni de santé. Tout va bien dans sa vie. Il vient de jouer quinze ans en pro et, par respect pour son club, il veut être sûr d’être à 100 %. S’il n’est qu’à 99 %, il arrêtera. C’est peut-être troublant, mais c’est aussi simple que ça »

F. Genette
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK