Real-Barça, la pression a changé de camp en tête de la Liga

Real-Barça, la pression a changé de camp
Real-Barça, la pression a changé de camp - © OSCAR DEL POZO - AFP

En cinq journées, la face de la course au titre en Liga a été modifiée. Le FC Barcelone en tête à la reprise a trébuché à deux reprises et a vu son avance se muer en retard. Sans toujours briller mais invariablement vainqueur, le Real en a profité pour reprendre la main.

Au cœur d’un mois de mai où le sport était encore à l’arrêt, Thibaut Courtois bouillait d’impatience et d’ambition. "On veut reprendre la compétition et se battre pour le titre", clamait-il avec son franc-parler habituel. Pour lui pas question d’attribuer le titre au Barça. Et même si rien n’est joué, le temps est en train de lui donner raison. A six matches de la fin, Madrid mène la danse au classement avec deux unités de plus que le FCB.

Le confinement a permis d’effacer les stigmates de la défaite face au Betis dans les têtes madrilènes. Les Merengues se sont recentrés, reconcentrés pendant le break forcé. Ils ont resserré les liens pour se présenter forts et unis à la reprise.

Un Real implacable

Porté par son guerrier Ramos (3 buts) et un Benzema "dans la zone" (3 buts, un assist), Madrid évite les obstacles les uns après les autres. Avec un coup de pouce des arbitres diront certains.

Cinq matches, cinq succès. Efficace offensivement (11 buts), solide défensivement (3 buts encaissés, trois clean-sheets), le Real avance comme un seul homme.

A Barcelone, les visages se ferment, la crispation gagne à mesure que Messi and co lâchent des points. A Séville (0-0) et contre le Celta Vigo (2-2), le Barça a été incapable de s’imposer. La friabilité à l’extérieur (23 points pris sur 48 possibles), si elle se confirme, risque bien de coûter cher au décompte final.

Tensions en Catalogne

Pire, ces partages ont fait resurgir les dissensions. Luis Suarez, revenu de blessure, s’en est ouvertement pris à Quique Setien ce week-end. "Les entraîneurs doivent analyser ce type de situation. Nous, les joueurs, donnons tout sur le terrain, mais à l’extérieur, nous perdons de nombreux points. Sur les dernières saisons, ce n’était pas comme ça", a pointé l’Uruguayen, amer malgré son doublé.

Marca, journal pro Real faut-il le rappeler, rapporte que le ton est monté entre le coach et ses joueurs dans les vestiaires de Balaidos. Les divergences tactiques auraient été au centre d’une discussion houleuse. Une crispation plutôt malvenue au moment d’entamer le sprint final.

Une semaine décisive ?

Les Blaugrana n’ont déjà plus le droit à l’erreur et doivent rapidement se remettre en selle. Le calendrier démentiel ne laisse pas la place aux tergiversations. Des matches cruciaux contre l’Aletico, 3e, (30/06) et à Villarreal, 5e, (5/07) s’annoncent déjà.

Dans le même temps, le Real reçoit Getafe, 6e, à Valdebedas (2/06) avant d’aborder un pèlerinage toujours périlleux à Bilbao, 9e, (5/07). L’Athletic n’a concédé que 9 buts et trois défaites cette saison dans sa Cathédrale de San Mamès.

Madrid, qui a toujours joué après le Barça depuis la reprise, a montré qu’il pouvait dompter la pression. Sûrs d’eux, les Merengue ont réussi à inverser la tendance et à placer les Catalans dos au mur.

Si le Barça veut encore croire au titre, il va falloir réagir. Et vite.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK