Lettre ouverte de Zidane au Real Madrid : "Le club ne me donnait plus la confiance dont j’avais besoin"

Quatre jours après l’annonce de sa séparation avec le Real Madrid, Zinédine Zidane est revenu sur les raisons qui l’ont poussé à quitter son "club de coeur" comme il l’a défini lui-même dans une lettre ouverte aux supporters du Real Madrid diffusée ce lundi dans la presse espagnole et notamment par le quotidien sportif AS.

Le coach français a commencé par remercier le club et son président pour toutes les belles années passées dans la capitale. Il a ensuite répété son attachement aux "valeurs du Madridisme" avant de vider son sac.

"En mai 2018, j’avais arrêté parce qu’après deux ans et demi avec tant de succès et de victoires, je sentais que l’équipe avait besoin d’un nouveau discours pour rester compétitive. Aujourd’hui, les choses sont différentes. Je pars parce que je sens que le club ne me donne plus la confiance dont j’ai besoin, ne m’offre pas son soutien pour construire quelque chose à moyen-long terme. Je connais le football et l’exigence d’un club comme le Real Madrid, je sais que, quand tu ne gagnes pas, tu dois partir."

J’aurais aimé que, ces derniers mois, ma relation avec le club et le président ait été un peu différente qu’avec un entraîneur lambda.

Zidane a notamment insisté sur le manque de reconnaissance pour le travail accompli depuis son arrivée. "On a oublié une chose très importante, on a oublié tout ce que j’ai construit au quotidien, tout ce que j’ai apporté en relation aux joueurs, aux 150 personnes qui travaillent pour et autour de l’équipe. Je suis un gagneur né et j’étais ici pour conquérir des trophées, mais au-delà de ça, il y a les êtres humains, les émotions, la vie et j’ai la sensation que ces choses n’ont pas été valorisées, que l’on n’a pas compris que l’on maintient aussi comme ça la dynamique d’un grand club. On me l’a même reproché d’une certaine façon […] Je veux que l’on respecte ce que nous avons tous fait. J’aurais aimé que, ces derniers mois, ma relation avec le club et le président ait été un peu différente qu’avec un entraîneur lambda. Je ne demandais pas de privilèges, pas du tout, mais un peu plus de mémoire. "

2 images
La UNE de AS avec Zinedine Zidane ce lundi © Diario AS

Cela me faisait mal à moi et à toute l’équipe parce que ces messages transmis intentionnellement à la presse créaient des interférences négatives au sein du groupe

Heureux d’avoir "des garçons merveilleux à fond derrière (lui)" pour le soutenir, Zidane avoue également que le battage médiatique autour de sa permanence au club a contribué à le fatiguer. "Cela me faisait mal de lire dans la presse, après une défaite qu’on allait me virer si je ne gagnais pas le match suivant. Cela me faisait mal à moi et à toute l’équipe parce que ces messages transmis intentionnellement à la presse créaient des interférences négatives au sein du groupe, créaient des doutes et des malentendus. […] Je profite d’ailleurs de cette lettre pour lancer un message aux journalistes. Il y a eu des centaines de conférences de presse et, malheureusement, nous avons très peu parlé de football et je sais que vous aussi vous aimez le football, que ce sport nous unit. Cependant, sans vouloir vous critiquer ou vous donner des leçons, j’aurais aimé que vos questions n’aient pas toujours été dirigées par la polémique, pour pouvoir parler plus souvent de ballon et avant tout des joueurs, qui sont et seront toujours les plus importants de ce jeu. N’oublions pas le football, prenons en soin."

S’il a terminé sa lettre par la devise du club 'Hala Madrid !", Zidane ne devrait pas se rasseoir sur le banc du Real Madrid de sitôt. D’autres expériences attendent sans doute le Français qui a écrit qu’il ne "voulait pas arrêter d’entraîner" et qu’il n’était "pas fatigué" par ce métier.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK