Le Barça marabouté avant le clasico

Le Barça marabouté avant le clasico
Le Barça marabouté avant le clasico - © ANDER GILLENEA - AFP

La malédiction se poursuit au FC Barcelone: sans succès au stade Anoeta depuis 2007, le club catalan a arraché un nul laborieux contre la Real Sociedad (1-1), dimanche, en Championnat d'Espagne, et recule à six longueurs du Real Madrid à une semaine du clasico.

Est-ce un point gagné ou deux points perdus lors de cette 13e journée? Le Barça hésitera sans doute entre les deux analyses après une première période cauchemardesque, un but de Willian José (53e) et une égalisation contre le cours du jeu de Lionel Messi (59e).

D'autant qu'une erreur d'arbitrage sur un but de Juanmi, injustement annulé pour hors-jeu (77e), a empêché la Real Sociedad d'obtenir un succès mérité et que Carlos Vela a tiré sur le poteau (83e).

Au classement, le club catalan (2e, 27 points) limite la casse mais la défaite sera interdite dans le clasico samedi s'il veut éviter que le Real Madrid (1er, 33 pts) ne s'envole en tête. La Real Sociedad, elle, est cinquième avec 23 points, doublée par l'Atletico Madrid (4e, 24 pts) qui a battu Osasuna 3-0.

Décidément, le Barça n'y arrive pas à Saint-Sébastien. Fantomatiques, auteurs sans doute de leur pire première période depuis longtemps, les Catalans ont subi une véritable leçon d'engagement et de football de la part des Basques.

Et c'était un petit miracle que le score soit encore de 0-0 à la pause tant la Real Sociedad a multiplié les occasions (2e, 15e, 18e, 19e, 21e, 36e...).

Deux statistiques pour symboliser le non-match de l'équipe blaugrana: elle a abandonné la possession de balle à son adversaire et elle a dû attendre la 40e minute pour adresser son premier tir.

Pour ne rien arranger, Gerard Piqué a semblé se plaindre de sa cheville droite, blessée en octobre. Hasard ou non, le défenseur catalan est impliqué sur l'ouverture du score: alors qu'il venait de se faire bander la cheville, Piqué n'a pu repousser sur sa ligne une tête de Willian José.

Et au moment où le Barça semblait le plus abattu, "son" Messi est apparu: au bout d'un déboulé tranchant de Neymar, le capitaine barcelonais a ajusté le gardien d'une frappe croisée pour égaliser. Soit son 9e but dans cette Liga, à une longueur du "pichichi" Cristiano Ronaldo (10 buts), qu'il défiera le week-end prochain.

Dans la semaine toujours électrique qui précède le clasico en Espagne, les émissions de débat consacrées au sport ("tertulias") vont se délecter en disséquant les actions litigieuses qui ont émaillé la fin de match à Anoeta.

Ainsi, quand Carlos Vela a tiré sur la transversale, le ballon a rebondi sur la ligne, apparemment sans la franchir complètement. Et Juanmi, qui avait suivi, a marqué dans le but vide mais l'action a été injustement annulée pour hors-jeu.

Bref, le Barça a déjoué et le trio offensif "MSN" n'a pas pesé, mis à part peut-être Neymar, pourtant victime d'un accident de la route sans conséquence le matin même.

Samedi, c'est escortés de doutes que les Catalans aborderont la réception du Real, après un match de Coupe du Roi mercredi contre Hercules (3e division).

A l'inverse, l'Atletico Madrid, à la peine depuis un mois en Championnat d'Espagne, a retrouvé des couleurs en expédiant l'Osasuna Pampelune, qui a raté un penalty en début de rencontre (14e).

En un peu plus d'une minute, une tête du défenseur uruguayen Diego Godin (36e) et une percée de l'attaquant français Kevin Gameiro (37e) ont donné l'ascendant aux "Colchoneros". Et le Belge Yannick Carrasco a clos le score (90e).

Cette victoire est un vrai soulagement pour l'"Atleti", intraitable en Ligue des champions (5 victoires en 5 matches) mais inhabituellement fragile sur la scène nationale. En restant à neuf longueurs du Real, les hommes de Diego Simeone sont toujours accrochés au wagon de tête et c'est un moindre mal après le derby perdu le week-end dernier (3-0).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK