Griezmann marque un joli coup franc, l'Atlético cale

Capitaine Griezmann n'a pas suffi: buteur d'un joli coup franc, l'attaquant français n'a pu éviter le nul de l'Atlético Madrid à Leganés (1-1) samedi pour la 11e journée du Championnat d'Espagne, un résultat qui empêche les "Colchoneros" de prendre provisoirement la tête.

Portant pour la première fois le brassard de capitaine des "Colchoneros" en match officiel, Antoine Griezmann a cru faire la différence dans ce match et marquer des points dans la course au Ballon d'Or: il a expédié sa frappe directe à 25 mètres juste sous la transversale (69e), soit son troisième but en Liga cette saison.

Mais Leganés a égalisé par l'ancien Monégasque Guido Carrillo (84e) et l'Atlético (2e, 20 pts) reste dans la roue du FC Barcelone (1er, 21 pts), opposé au Rayo Vallecano samedi soir.

Le Real Madrid (9e, 14 pts) n'a pour sa part pas le droit à l'erreur samedi après-midi contre le promu Valladolid pour tenter de mettre fin à sa série noire de cinq journées sans victoire (quatre défaites, un nul).

Dans le petit stade municipal de Butarque, à Leganés, rien n'a été simple pour l'Atlético. D'une part parce que le "Lega" est une équipe solide et bien organisée, de l'autre parce l'"Atleti" a livré une première période poussive en l'absence de Diego Costa (problèmes musculaires).

Griezmann radieux puis frustré

Il faut dire que sans Costa, le jeu de l'Atlético manque d'une référence devant. Un profil que n'a pas le rapide attaquant portugais Gelson Martins, pas très convaincant samedi, notamment sur un face-à-face avec le gardien (48e).

Capitaine en l'absence de Diego Godin et Koke, Griezmann a eu du mal à accélérer le jeu malgré plusieurs caviars distribués pour ses partenaires (2e, 53e).

Evidemment, son coup franc direct (69e) aurait pu décanter la rencontre et "Grizi", radieux, est allé se jeter dans les bras de son entraîneur Diego Simeone pour fêter l'ouverture du score.

Mais ses tentatives ont longtemps manqué d'inspiration: coup franc excentré capté par le gardien (54e), frappe déviée par un défenseur (60e)... Et, plein de frustration, il a raté la balle de match dans le temps additionnel (90e+3).

Pour ne rien arranger, l'Atlético a été puni sur l'un de ses habituels points forts, les coups de pied arrêtés (82e). Ce qui n'est pas de très bon augure avant une revanche à haut risque mardi contre le Borussia Dortmund en Ligue des champions, quinze jours après la gifle 4-0 subie en Allemagne.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK