FC Barcelone : Miné par les mauvais résultats, le projet de Koeman vacille déjà

Tout ce remue-ménage en été pour en arriver là ? Les supporters du Barça ont le droit de s’interroger après la défaite de leur équipe samedi soir contre l’Atletico de Madrid 1-0.

Avec trois victoires, deux nuls et désormais trois défaites, les Catalans vivent un début de championnat très compliqué. Et maintenant que le contesté président Bartomeu a fini par céder à la pression et présenter sa démission, le nouveau bouc émissaire est tout trouvé.

Arrivé pour remplacer Quique Sétien, Ronald Koeman termine inévitablement sur le banc des accusés alors que les Blaugrana traînent la patte à la 10e place du championnat.

La révolution promise est un mensonge

Le coach néerlandais a décidé de miser sur les jeunes et de se passer de la 'garra' des vieux roublards comme Luis Suarez, Arturo Vidal ou encore Ivan Rakitic. Une idée qui n’a pas (encore ?) porté ses fruits en cette première partie de saison où l’étoile Lionel Messi ne brille que par intermittence.

C’en est déjà assez pour une partie de la presse espagnole. "La révolution promise est un mensonge", s’indigne Marca dans son édition digitale.

Pour 'Sport', "cette défaite compromet l’avenir de Koeman" dont la permanence est liée aux résultats mais aussi aux intentions du prochain président dont l’élection est prévue fin janvier.
 

Un Barça "cassé" par les blessures

En attendant, le coach néerlandais doit panser ses plaies. "Comme tout entraîneur, je suis responsable. On sait qu’il faut améliorer les résultats. On travaille, j’essaie de mettre la meilleure équipe disponible à chaque match… Que puis-je faire de plus ?", s’est-il défendu après le match samedi soir.

Il faut dire que Koeman n’est pas aidé par les blessures (et par la bourde de Ter Stegen). Alors que Sergio Busquets (légère entorse au ligament latéral externe du genou gauche) et Ansu Fati (opéré du ménisque interne du genou gauche et out au moins 4 mois) manquaient déjà à l’appel face aux Colchoneros, deux blessures sont venues ternir davantage l’horizon. Celle de Gérard Piqué, victime d’une entorse du genou. Et celle de Sergi Roberto, grimaçant et se tenant la cuisse après une frappe à distance en fin de match.

La détresse physique et mentale des Barcelonais est d’ailleurs très bien résumée par le Mundo Deportivo qui titre "Rotos" (cassés) en Une de son édition du dimanche.

Dans une saison où les matches s’enchaînent à un rythme fou, Koeman n’aura pas le temps de penser aux critiques et doit déjà se concentrer sur son prochain examen : le match de mardi contre le Dynamo Kiev en Ligue des Champions, compétition où le Barça fonctionne (étrangement ?) à plein régime et qui a jusqu'ici permis au Néerlandais de garder la tête hors de l'eau.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK