Foot et géopolitique

Foot et géopolitique
Foot et géopolitique - © Tous droits réservés

La Catalogne est sur la route de l’indépendance et le maire de Barcelone, Xavier Trias, a estimé à terme que le Barça pourrait continuer à jouer en Liga espagnole ou, peut-être, en Ligue 1 française.

Ou un nouvel exemple d’intrusion du politique dans le monde sportif. Le cas échéant, ce serait évidemment une bonne nouvelle pour les  supporters du Real Madrid, beaucoup moins pour ceux du PSG ou de l’OM même si un affrontement entre Messi et Ibrahimovic ne manquerait pas de piment…Mais tout cela n’est évidemment que pure spéculation dans la mesure où l’UEFA devra encore se prononcer sur la question. Et il nous étonnerait grandement qu’elle emboîte le pas des indépendantistes catalans même si l’Europe des régions est devenue une réalité politique.

Cela dit, il existe quelques précédents. Depuis longtemps, les clubs israéliens sont englobés dans les compétitions européennes alors que Swansea a été admis en Premier League malgré l’existence d’un championnat national gallois. Mais que, voulez-vous, accueillir Manchester City ou Chelsea, c’est quand même plus "glamour" que de rencontrer Wrexham ou Newport.

Les Glasgow Rangers l’ont bien compris, eux qui rêvent d’intégrer la même compétition anglaise. Mais, pour les Protestants écossais, il faudra encore attendre quelques années puisque suite à de gros problèmes financiers, des dettes énormes envers le fisc … britannique, ils ont été rétrogradés en quatrième division.

Et puis, en balle pelote, le saviez-vous ?, le club français de Maubeuge (qui n’est pas seulement connu pour son fameux clair de lune) a obtenu de disputer le championnat de Belgique qu’il a d’ailleurs remporté voici quelques années.

Et en cas de scénario d’éclatement de notre pays me direz-vous ? Pour des raisons culturelles et linguistiques, les clubs wallons se tourneraient probablement vers la Ligue 1 française et ceux du Nord vers les Pays-Bas, formant ainsi "de facto" une sorte de Bénéligue comme d’aucuns (comme le Président Duchâtelet) l’appellent déjà de leurs vœux actuellement. Eupen rallierait la "Zweite Liga" allemande et Virton aurait le choix de proximité entre le Grand-Duché et l’Hexagone.

Mais il n’y pas que les réalités politiques ou géographiques dans le monde du foot moderne. Celle du poids des sponsors est aussi évidente. Ainsi, voyez ce qui se passe du côté du Zenit Saint-Petersbourg. Après des jets de fumigènes, le club devra disputer deux rencontres à huit clos. Ce qui ne va pas apaiser les tensions historiques entre le Zénit et la fédération russe, jugée trop pro-moscovite.

Dès lors, Alexi Miller, Directeur général de Gazprom, le puissant sponsor du club d’Axel Witsel, a menacé de créer un championnat rival regroupant les meilleures formations des anciennes Républiques de l’ex-URSS. Ben voyons, rien que cela !!! Car, hormis contre certains clubs ukrainiens, le Zénit … qui n’y brille plus tout à fait cette saison, risque moins de souffrir face à des représentants de l’Ouzbékistan, du Turkidjistan voir du Kirghizstan que face à Anzhi ou le Terek Grozny.

Bref, tout cela n’est pas très sérieux. Comme disait l’autre, il faut raison garder et, jusqu’à présent, on n’a toujours trouvé meilleur modèle que nos bonnes vieilles compétitions nationales.

Thierry Luthers

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK