Quand Thibaut Courtois jouait... back gauche

Thibaut Courtois en 2009
Thibaut Courtois en 2009 - © YORICK JANSENS - BELGA

Thibaut Courtois a livré quelques-uns de ses souvenirs de jeunesse sur le site officiel de Chelsea. Le portier des Diables Rouges, aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs gardiens du monde, y rappelle notamment qu’il a débuté au poste... d’arrière gauche avant de se retrouver entre les perches.

"J’ai commencé à jouer au poste d’arrière gauche, et j'ai rejoint Genk à l'âge de huit ans, se souvient Thibaut Courtois. Mais comme je jouais aussi au volley, j’avais déjà de bons réflexes, et j’aimais bien plonger. Je me suis donc parfois retrouvé au goal quand on "tournait" sur le terrain. J’ai été désigné meilleur gardien de but du tournoi à quelques reprises, et l’idée que j’avais peut-être plus d’avenir à cette place qu’en défense a germé dans plusieurs esprits ! Quand on a commencé à jouer à onze contre onze sur un grand terrain, je devais avoir dix ou onze ans. J’étais la plupart du temps entre les perches, mais il m’arrivait aussi de me retrouver dans le jeu quand il y avait des blessés."

A Genk, Thibaut Courtois va rapidement prendre part à de grands tournois et affronter quelques joueurs devenus, comme lui, des stars du ballon rond.

"Lors d’un tournoi international disputé lorsque je devais avoir onze ou douze ans, j’ai joué contre Jack Wilshere. J’ai aussi rencontré quelques fois Romelu Lukaku, comme il jouait à Anderlecht. A cet âge-là, j’avais une crête sur la tête, mais je n’étais pas rasé sur les côtés. Mes cheveux étaient simplement plus longs au milieu. Je n’ai jamais été très extravagant au niveau de mes coupes de cheveux !"

L’actuel gardien des Diables Rouges et de Chelsea a également évoqué ses premiers contrats et son arrivée dans le football professionnel. "Je devais avoir 16 ou 17 ans lorsque j’ai joué mon premier match en équipe première, et ils m’ont donné un contrat jeune. Quand j’avais 18 ans et que je faisais vraiment partie de l’équipe première, ils m’ont donné la possibilité de signer mon premier vrai contrat professionnel. Mon père était à mes côtés. C’était sympa, c’était un premier tournant dans ma carrière et un premiers pas en direction de bien d’autres bonnes choses."

 

C. Lizin

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK