Newcastle, bientôt racheté, prépare un mercato rempli de surprises

Cavani, Vidal et Bale
Cavani, Vidal et Bale - © Belga Image

Environ 350 millions d'euros (soit 300 millions de livres), c'est la somme qu'un consortium emmené par le Fonds d'Investissement Public (PIF) saoudien, piloté par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, s'apprête à poser sur la table afin d'acheter Newcastle United, club historique du football anglais, actuellement 13e du championnat.

Ce rachat pose question car il permettrait à des fonds saoudiens de s'offrir une vitrine en Angleterre. L'opération, qui doit encore obtenir l'aval de l'English Premier League (EPL), suscite d'importantes réticences, parmi les défenseurs des droits de l'homme et chez certains rivaux régionaux de l'Arabie saoudite.

Economiquement et sportivement, cet investissement ferait du bien aux Magpies, qui ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes par rapport au niveau affiché dans les années 1990 et début 2000, dans le sillage de l'iconique Alan Shearer.

Dans le noyau actuel, on retrouve des joueurs comme Nabil Bentaleb, Allan Saint-Maximin, Jonjo Shelvey, Andy Carroll ou Dwight Gayle par exemple. Les nouveaux investisseurs prépareraient déjà un mercato rempli de surprises, centré sur des gros noms ronflants. Ils avancent, en effet, sur les pistes de Gareth Bale (dont les dribbles et la frappe puissante avaient fait des merveilles jadis avec Tottenham), d'Edinson Cavani (qui ne devrait pas poursuivre l'aventure à Paris) ou encore d'Arturo Vidal (dont le style accrocheur plairait beaucoup en Premier League). Libre depuis son licenciement chez les Spurs, Mauricio Pochettino aurait été contacté pour diriger cette nouvelle bande. Massimiliano Allegri (ex-Juventus) serait la deuxième option.

Et voilà déjà la menace du fair-play financier qui pointe à l'horizon, comme pour le PSG (racheté par le Qatar) et Manchester City (aux mains des Emirats arabes unis).

Steve Bruce, coach actuel, au sujet de la reprise des entrainements