Manchester City: deux titres, un possible triplé, mais des chantiers

Pep Guardiola a peut-être conservé son titre de champion d'Angleterre dimanche, mais son Manchester City a encore beaucoup à faire pour conquérir l'Europe, notamment sur le plan réglementaire, avec la question du fair-play financier qui plane au-dessus de l'Etihad Stadium.

Vainqueurs de leur épique duel à distance contre Liverpool, les "Citizens" ont encore connu une campagne de rêve en Premier League, tout proche de leur exercice record la saison passée (98 points contre 100).

Encore mieux: déjà détenteurs de la Coupe de la Ligue, les champions doivent encore disputer la finale de la Coupe d'Angleterre samedi contre Watford. Jamais ce triplé n'a encore été réalisé.

Un succès qui leur ouvrirait les portes de la gloire en Angleterre... mais pas en Europe. Car si Guardiola et sa troupe brillent sur leur île, ils n'ont guère de réussite sur le continent.

Eliminés en quarts de finale de la Ligue des champions ces deux dernières saisons, par Liverpool et Tottenham, Manchester City ne parvient pas à passer le cap. Dommage pour Guardiola car c'est bien la renommée européenne que visent les propriétaires d'Abou Dabi.

"Il faudra prendre les bonnes décisions pour la saison prochaine pour revenir encore meilleur parce que Liverpool va garder ce niveau", a exposé Guardiola, avant de lister les menaces.

Trouver un nouveau Fernandinho

"Je pense que Manchester United va revenir. Chelsea, avec une année de plus avec Sarri, sera meilleur. Tottenham, nous avons vu en Ligue des champions et Arsenal, s'ils font ce qu'ils ont à faire, ils seront là aussi", a détaillé le Catalan. "Nous le savons, mais nous acceptons le défi et je vous promets que nous reviendrons et j'ai le sentiment que nous serons plus forts la saison prochaine."

Mais comment? Déjà, le manager peut espérer un Kevin De Bruyne en forme toute la saison après ses blessures à répétition.

Il va aussi devoir trouver un successeur et remplaçant au vieillissant Fernandinho (34 ans). Selon la presse britannique, le club anglais suit les pistes Bruno Fernandes, du Sporting Portugal, et Rodri, de l'Atlético Madrid.

Guardiola devra aussi peut-être investir à nouveau dans un latéral gauche puisque Benjamin Mendy enchaîne les blessures (et les récriminations de son coach sur son hygiène de vie). Le Catalan a prévenu le champion du monde français: soit le physique tient, soit il ira chercher une solution ailleurs.

Et puis, le technicien a pointé du doigt la taille de ses joueurs, indiquant qu'il irait peut-être recruter un joueur de poids, pour éviter les désagréments, comme ceux vécus en C1, quand le grand Fernando Llorente (1,95 m) a marqué le but de l'élimination mancunienne sur corner.

"Nous défendons avec David Silva, Raheem (Sterling) et Bernardo (Silva). Sur chaque coup de pied arrêté on prie", a-t-il commenté dimanche, citant ces joueurs tous en dessous du 1,75 m.

Rattrapé par le FPF

En aura-t-il seulement les moyens? Les propriétaires aboudabiens sont prêts à payer, après avoir déjà dépensé plus de 500 millions de livres dans l'effectif actuel, mais les instances du foot ne devraient pas leur laisser les coudées franches.

Manchester City fait en effet l'objet d'une nouvelle enquête de l'UEFA pour "plusieurs violations présumées" des règles du fair-play financier (FPF).

Le club champion d'Angleterre en titre, détenu depuis 2008 par un membre de la famille régnante d'Abou Dabi, était avec le Paris SG l'un des clubs pointés du doigt par les "Football Leaks".

Et Manchester City avait déjà écopé d'une amende de 60 millions d'euros en 2014 (dont 20 millions ferme), pour avoir enfreint les règles du FPF. Le club avait aussi été condamné à ne pouvoir aligner que 21 joueurs en C1 la saison suivante, contre 25 en temps normal. Pas idéal pour enfin atteindre le dernier carré.

"La plus grosse erreur, ce qui n'arrivera pas avec moi, c'est de croire que nous sommes quelque chose de spécial, car on gagne quatre ou cinq titres en deux ans. Mais vous pouvez quand même passer les quatre ou cinq prochaines années sans gagner quoi que ce soit", a lancé Guardiola dimanche. "C'est pourquoi je veux que les supporters, l'organisation, profitent de ce moment parce que c'est si compliqué." Et ça pourrait ne pas s'arranger cet été.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK