Eden Hazard à Chelsea : ce n'est plus le paradis !

Eden Hazard
5 images
Eden Hazard - © OLI SCARFF - AFP

Chelsea a donc jeté les bases à Francfort d’une qualification pour la finale de l’Europa league. Une finale pour le prestige et pour la vitrine aux trophées. Assurés d’une place en ligue des champions via le championnat, les « Blues » sont donc débarrassés de la pression. Celle qui les auraient tiraillé lors de cette possible finale donnant aussi, à son vainqueur, l’accès à la Champions league. Gagner une Coupe d'Europe...6 ans après la dernière...un objectif qu'Eden Hazard partage évidemment. Mais ... qui croit encore aujourd’hui que le Brainois sera là l’an prochain au sein de l’effectif des Blues pour en profiter? Plus personne en fait.

Partir au plus vite

En 7 saisons dans la capitale londonienne Hazard a tout donné. Son corps, son âme à ce club qu’il a énormément contribué à faire grandir. Respectueux des accords, fidèle comme peu de joueurs le sont aujourd’hui, Eden a clairement fait le tour de la question et de Stamford Bridge. Il aspire à un nouvel horizon le plus rapidement  possible. Et s’il fait tout pour cacher son impatience, la lassitude semble là. Les années Mourinho furent belles, les deux années sous Conte éprouvantes. Après le bouillant coach italien, les « Blues » avaient besoin de renouveau. Sarri est alors arrivé avec ses certitudes napolitaines. Force est de constater que, malgré de bons résultats, l’Italien n’aura que peu sublimé ce Chelsea-là.

Entraîneur "old school"

Au-delà d’être un entraîneur intelligent et certainement talentueux, Sarri est ultra-méthodique, voire maniaque, trop sans doute aux yeux de Hazard. Sarri est superstitieux, peu à l’écoute, il ne tend pas vraiment l’oreille aux joueurs. Pas vraiment le genre de coach qui plaisante, qui accorde de l’importance au rapport humain. Quand il écarte un joueur il explique rarement son choix à celui-ci. Bref Sarri a des idées,... ses idées. Il mourra sans doute avec elles.

Aux entraînements, souvent identiques, on bosse, on bosse...et on bosse encore. Ce qui laisse peu de place au plaisir. Et dieu sait si Eden attend du foot qu’il lui en apporte. C’est son oxygène, sa façon de concevoir le foot. Avec Sarri le paradis n'existe plus !

Le "super-sub" de l’Europa league

En demi-finale aller jeudi dernier à Francfort, Sarri a laissé Hazard sur le banc. Une fois de plus ! Incompréhensible pour beaucoup, même si le déroulement du match aura encore donné raison au coach napolitain. Mais Eden veut jouer. Sarri évoque la fatigue et parle de 70 à 75 matchs par saison pour le Belge. Mauvaise foi ou mauvaise calculette. Hazard a disputé cette saison 49 matchs avec Chelsea et 8 avec les Diables. Total 57 et non 70. Il reste au plus 3 matchs à disputer (à Leicester en championnat, à Stamford Bridge contre Francfort et peut être à Bakou pour la finale de l’Europa league).  Trois matchs pour qu’Eden tire sa révérence en beauté dans ce club qu’il a tant aimé.

Les "Blues" feraient traîner les choses

Mais d’après nos informations, Chelsea qui avait promis la saison dernière de ne pas mettre de bâtons dans les roues de Hazard pour un départ en fin de saison, fait tout pour calmer le jeu, pour faire traîner les choses. De bonne guerre ? Pas sûr.

Car aucun doute que les négociations entre le clan Hazard et le club madrilène sont avancées. Mais là où ça coince c’est donc du côté des « Blues ». Le club londonien veut de l’argent encore et encore. Il en a besoin. Hazard, garçon « réglo » jusqu’au bout des crampons, ne mérite pas ça.

Les adieux à Stamford Bridge ce jeudi

On a pourtant le sentiment que rien ne peut vraiment empêcher le deal vers le Real. Ce jeudi le Brainois devrait donc disputer son 349e match avec Chelsea, son ultime rendez-vous dans son « Garden of Eden » de Stamford Bridge. Devrait... car Sarri pourrait encore pousser le vice jusqu’au bout et laisser Eden croupir sur le banc. Erreur monumentale si cela se produisait. Grosse tache sur une si belle histoire. On ne peut imaginer pareil scénario. Mais l’Italien est têtu. Et Eden si bien élevé.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK