United qui rit, City qui pleure : De Bruyne & co coulent lors du derby mancunien

United qui rit, City qui pleure : De Bruyne & co coulent lors du derby mancunien
3 images
United qui rit, City qui pleure : De Bruyne & co coulent lors du derby mancunien - © OLI SCARFF - AFP

Au terme d’une rencontre globalement maîtrisée, Manchester United a créé la sensation en venant à bout d’une équipe de City trop peu saignante. Dominants dès l’entame du match, les Red Devils ont été mis sur du velours grâce à un pénalty de Rashford et un but d’Anthony Martial en première mi-temps. Ils ont ensuite géré les incartades trop timides des Skyblues, n'encaissant qu’un but (insuffisant) d’Otamendi sur corner, résultat d’un baroud d’honneur infructueux des locaux (1-2). A l’image de son équipe, De Bruyne s’est montré volontaire mais emprunté dans le dernier geste.

Les hommes de Guardiola encaissent donc déjà leur 4e défaite de la saison et égalisent leur nombre de revers total de la saison dernière. Avec 32 points, ils pointent déjà à 14 unités de Liverpool et peuvent (quasiment) faire une croix sur le titre. Du côté de United, cette victoire prestigieuse fait du bien et permet aux Red Devils de retrouver un strapontin européen (5e).

Le résumé du match

Comme souvent avec nos amis british, le round d’observation est bâclé. Pas question de perdre une seconde. Long ballon vers Rashford qui sollicite James à droite du rectangle. L’Anglais fusille Ederson...qui dégage des poings. Première incartade de United qui donne le ton du match (2’).

Chaque action est dangereuse, les deux équipes se dévoilent sans arrière pensée. Réponse du berger à la bergère avec cet envoi bombé de Silva qui flirte avec la transversale de de Gea (8’). 

United ne se laisse pas démonter, loin de là, Ederson doit s’employer pour dévier (magistralement) du pied un envoi vicieux de Lingard (9’). 3e frappe cadrée de Red Devils saignants juste après avec un envoi puissant mais trop neutre de Martial qui trouve à nouveau le portier cityzen sur la trajectoire (17’).

Premier tournant du match après vingt minutes. Bernardo Silva bouscule Rashford dans la surface. Si l’arbitre ne bronche pas, le VAR sanctionne cette faute (flagrante) et octroie un penalty aux visiteurs. Rashford se fait justice lui-même et glace l’Etihad, pourtant incandescent jusque là (23’). Du côté cityzen, la phase fait jaser, les joueurs de Guardiola estimant que l’arbitre avait oublié une main de Lindelof de l’autre côté.

Rashford, en pleine confiance, est LE grand Monsieur de cette première mi-temps. En l’espace de deux minutes, il passe à deux doigts d’asphyxier encore un peu plus une équipe de City à la rue défensivement. Si son premier envoi (25’) passe juste à côté, sa deuxième frappe puissante (à l’arrêt !) heurte la transversale (27’). Rashford malchanceux, c’est Martial qui va se charger d’assommer City. Le Français profite de l’apathie générale de l’arrière-garde locale pour déclencher une frappe précise qui touche le montant avant de rentrer. C’est 0-2 ! (29’)

City tente de se rebiffer, reprend le contrôle du ballon et pense bénéficier d’un pénalty juste avant la mi-temps. Le centre à ras de terre de Walker est dévié de la main par Fred. L’Etihad érupte mais l’arbitre, assisté par le VAR, ne bronche pas. 0-2 à l’entracte.

Probablement sermonnés par leur entraîneur à la mi-temps, les Cityzens prennent l’initiative dès le coup d’envoi de la seconde mi-temps. De Bruyne (55’), Sterling (61’) et Rodri (64’) tentent de mettre le feu à l’arrière-garde de United mais sans succès, De Gea veille au grain. C’est même Manchester United qui passe à deux doigts du coup de grâce, mais Ederson dévie une centre-tir de Lingard. 

La fin du match est plus hachée, City met le pied sur le ballon mais ne parvient pas à ébranler la défense adverse, bien en place. Les cartons jaunes pleuvent, le rythme en prend un coup. Sur corner, Otamendi reprend d'un coup de tête rageur et espère relancer le suspense mais ce but est insuffisant. 1-2 score final, au terme d'un derby engagé, enjoué mais qui aura vu Manchester United prendre le dessus sur un frère ennemi bien erratique.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK