Heidenheim-Werder Brême, destins croisés d'un aspirant à l'élite et d'un club historique

Heidenheim-Werder Brême, les destins croisés d'un aspirant à l'élite et d'un club historique
Heidenheim-Werder Brême, les destins croisés d'un aspirant à l'élite et d'un club historique - © CARMEN JASPERSEN - AFP

Heidenheim et le Werder Brême se retrouvent ce lundi soir pour le match retour du barrage pour la relégation en Bundesliga. Dans ce combat d’apparence inégale, le challenger mène aux points après le premier round (0-0).

D’un côté, une petite ville de Bavière (50.000 habitants) qui rêve d’accéder à l’élite du football allemand pour la première fois de son histoire, de l’autre un club historique au bord du précipice.

Avec 56 saisons au compteur, le Werder est le club qui affiche le plus grand nombre de participations en Bundesliga. Un chiffre qui résume le tremblement de terre que représenterait une bascule du Sport-Verein. Deux ans après Hambourg, un autre club historique pourrait quitter l’élite.

Vainqueur 6-1 contre Cologne le 27 juin dernier, Brême a doublé in extremis Düsseldorf et s’est accordé une chance de sauver sa tête. Malheureusement pour les Vert et Blanc de Florian Kohfeldt, le match aller dans un Weser Stadion désert n’a pas permis de mater l’impétueux et ambitieux Heidenheim.

Habitué des divisions inférieures (Vebrandsliga, Oberliga), le club du Baden-Württemberg a passé un cap il y a une dizaine d’années. Après s’être stabilisé en 3e division, Heidenheim a décroché le titre en 2014 et a accédé au deuxième échelon national. Jamais menacés de relégation, les Bavarois ont tutoyé la montée la saison dernière (5es). Un an plus tard, ils ont grappillé deux places et assuré leur ticket pour les barrages.

"Un moment où on écrit l’histoire"

Le FCH n’affiche pas des stats flamboyantes (45 buts en 34 journées) mais s’appuie sur la troisième défense du championnat. Son adversaire présente les mêmes difficultés offensives (43 buts) mais est beaucoup plus friable derrière. Sa défense tourne à plus de deux buts encaissés par match et n’a gardé le zéro qu’à quatre reprises cette saison, la quatrième fois lors du barrage aller.

Kohfeldt, le coach du Werder, est conscient de l’enjeu. "Je ne prends pas ce rendez-vous comme un fardeau. Je sais ce qui est en jeu. Mais c’est un moment où on écrit l’histoire et c’est ce dont nous rêvions tous quand nous étions enfants".

Un dernier coup d’éclat pour Pizarro

Une histoire riche de quatre titres, six Coupes d’Allemagne et même une Coupe des vainqueurs de Coupes. Le vétéran Claudio Pizarro a vécu les dernières grandes heures du club, dont une finale européenne en 2009.

A 41 ans, l’attaquant péruvien rêve d’imiter Mario Gomez, qui a réussi à faire remonter Stuttgartson club – avant de raccrocher. La fin de son contrat est fixée au… 7 juillet. Il espère certainement fêter son départ avec le maintien.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK