Wilmots vise le père Courtois : "Il a vendu la sélection à la presse à l'Euro"

Marc Wilmots manie rarement la langue de bois. Depuis son départ des Diables, l'ancien sélectionneur était resté plutôt discret sur son passage en équipe nationale. Il a choisi un média Français - BeIN Sport - pour s'exprimer et il a asséné ses vérités ... et a réglé quelques comptes (l'interview intégrale).

Pendant l'Euro 2016, Thibaut Courtois s'est montré critique envers la tactique adoptée par les Diables. Les relations entre Wilmots et le gardien ont été tendues. Mais Willy n'en veut pas à son ancien portier. Par contre, Thierry, son père, en prend pour son grade. "Thibaut est directement revenu sur ses paroles après. Il y a un moment d'émotion. Il y a de la frustration quand on veut gagner. Je n'ai pas de problème. J'ai juste un problème quand je fais ma théorie à 18h et qu'à 18h15 elle est sur tous les réseaux (sociaux). Ça veut dire qu'un joueur a vendu la sélection. Et ça, c'est grave. Ça m'est revenu de plusieurs journalistes français que c'était le papa Courtois qui le faisait. Cela veut dire que tu ne respectes pas ta patrie. Je trouve ça dommage parce que moi je dois attendre une heure avant le match pour avoir la composition adverse. Et ça, c'est terrible. L'adversaire gagne du temps. Il peut tout préparer. Il connait tout. Et ça, c'est vraiment dramatique. Ça n'était jamais arrivé à la Coupe du Monde au Brésil."

Thierry Courtois parle de calomnie

Thierry Courtois a tenu à répondre à ses accusations qu'il qualifie “de calomnie". "Je n’ai jamais de ma vie communiqué une composition d’équipe à aucun journaliste !", affirme-t-il à la Dernière Heure. "En étant joueur de haut niveau et aussi dans un staff technique d’un club de niveau européen (il a été assistant coach à Maaseik, ndlr), je sais à quel point cela est délicat. Mes coéquipiers et joueurs le savaient également. On travaille ensemble longtemps pour obtenir des résultats, je déteste les fuites !” 

Marc Wilmots a aussi évoqué la situation de Yannick Carrasco et son départ en Chine. "Ce sont des décisions personnelles. C'est un championnat moins relevé, on est d'accord. Il aurait pu viser plus haut. Mais il ne jouait plus à l'Atletico. Il vaut mieux de prendre du temps de jeu en Chine que de ne pas jouer à Madrid. Il y a deux manières de voir. Je pense qu'il était content de rejouer."

L'ancien joueur de Schalke ne partage pas le choix de Roberto Martinez d'aligner Carrasco sur le flanc gauche. "A-t-il déjà joué "piston gauche en club" ? s'interroge-t-il. "Il y a peut-être d'autres joueurs pour évoluer à ce poste dans ce système. Jordan Lukaku par exemple. Ce sont des choix. Si Yannick veut faire le travail là-bas, pourquoi pas ? Moi, je ne l'aurais pas mis à cette place. Je trouve qu'il n'est pas à sa position. Contre une équipe faible, la Belgique peut jouer à 5 et 6 attaquants. Parce que Yannick a un gros volume de course. Il sait travailler défensivement et offensivement. Il aime bien venir de loin parce que ces dribbles font mal. Ça peut passer un certain moment mais peut-être qu'à un certain niveau, ça ne passera plus."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK