Teklak : "La Fédération a voulu renforcer la position du sélectionneur avant le Mondial"

L'annonce de l'officialisation de prolongation de contrat de Roberto Martinez à la tête des Diables Rouges a évidemment fait réagir les observateurs avisés du football belge. Pour Alex Teklak, cette prolongation est assez logique au vu des résultats du coach espagnol et de la situation financière de l'union belge.

"Il y a un petit effet de surprise dans la mesure où Bart Verhaegen avait laissé entendre que les négociations avec Martinez débuteraient après la Coupe du Monde. Mais avoir un entraîneur en fin de contrat à l’aube d’une grande compétition, c’est jamais idéal. La Fédération a voulu renforcer la position du sélectionneur vis-à-vis des joueurs, des médias, ... et surtout faire enfin taire les rumeurs concernant Michel Preud’homme" analyse Alex Teklak au micro de la RTBF.

"Pourquoi cette prolongation serait-elle imméritée ? C’est vrai qu’on s’est qualifiés contre des équipes plus qu’abordables mais le seul match qu’on a perdu, c’est le match amical contre l’Espagne. En dehors de cela, il n’y a pas eu de couacs. On a quand même vu une évolution dans le jeu des Diables même si certains en demandent encore plus. Martinez a contribué à la professionnalisation de tout le système. Et il s’est intégré dans le paysage footballistique belge de la meilleure manière qui soit. En s’intéressant à tout et à tout ce qui se fait aussi chez les jeunes. On a pour le moment le vent en poupe et il y contribue. La Fédération voit Martinez à la tête de ce projet plus global" poursuit Teklak qui voit dans cette prolongation une mesure de prudence par rapport à la santé financière de l'Union belge.

"Je crois que la fédération à tâter le terrain auprès de Michel Preud’homme mais le problème principal est articulé autour de la situation financière. Le contrat qui est très correct pour Roberto Martinez est dans les cordes de la Fédération. Rappelons-nous que les dirigeants ont sondé, avant d’attirer Martinez, des entraîneurs tout simplement impayables. Ils sont très conscients de leurs limites financières. Ça restreint donc les possibilités et ça encourage le choix de prolonger Martinez. Ils ont un excellent compromis entre l’aspect sportif et l’aspect financier avec l’Espagnol."

Mais qu'en sera-t-il en cas de mauvaise prestation en Russie ? Le sélectionneur pourra-t-il rester en poste si les Diables quittent prématurément le Mondial ?

"La phase qualificative, la relative faiblesse des adversaires directs et le fait que les Diables aient une grosse équipe laissent quand même présager une Coupe du Monde correcte, avance Alex Teklak. Personne n’imagine que la Belgique soit sortie dès la phase de poules. Si c’est le cas, ce serait une catastrophe. Que Martinez resigne ou pas. Je n’envisage pas trop ce scénario-là. Je ne pense pas que les dirigeants de la fédération aient réfléchi à cela. Déjà parce qu’ils ont confiance en les qualités de l’équipe."

"Les discours se veulent relativement prudents par rapport à une éventuelle finale de Coupe du Monde. Il faut quand même se rendre compte que ce n’est pas quelque chose qu’on atteint en claquant des doigts. Il ne suffit pas d’avoir une grosse génération. Il y a les discours de façade qui montrent une ambition parfois démesurée mais il y a aussi le discours informel et officieux qui lui est beaucoup plus prudent et mesuré. Il faut être réaliste, ça dépend de tellement de choses. Il ne faut pas mettre trop de pression. L’entraîneur fait ses choix et les impose mais on est toujours dépendants de la forme des joueurs."

Et il y a de toute façon fort à parier que l'URBSFA a intégré une clause de séparation liée aux résultats des Diables en Russie.

"C’est souvent le cas. Ce n’est pas impossible que cette clause-là fasse partie du nouveau contrat du coach. Ce sont des pratiques qui sont de mise dans les négociations de prolongation. L’annonce de Verhaeghe a peut-être aussi été un leurre pour négocier calmement dans le secret et sans précipiter les choses. Les négociations ont probablement été entamées il y a très longtemps. Il a sans doute fallu du temps pour trouver un accord" conclut Teklak.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK