Sur les traces de Dries Mertens, icône belge à Naples

Dries Mertens vient de clôturer sa 5eme saison sous le maillot de Naples. En 235 matches disputés et 90 buts marqués, le Louvaniste est devenu une véritable icône à l’ombre du Vésuve. Les tifosi l’adorent et lui vouent un véritable culte qui n’est pas sans rappeler, par moments et toutes proportions gardées bien sûr, celui d’un ex-footballeur de légende… Diego Maradona.

Mertens aime Naples et Naples aime Mertens. Sur les traces d’une improbable love story.

La ville est de celles qui véhiculent des clichés sans équivoque… On la décrit comme sale, violente, bruyante, embouteillée, chaotique et gangrénée par la Camorra. Certes, Naples possède un patrimoine génétique lourd, de ceux qui ne laissent pas indifférent mais Naples a aussi un cœur qui vibre, peut-être un peu plus vite qu’ailleurs… Naples c’est une ville sud-américaine implantée dans le sud de l’Europe.

Naples se définit par son volcan, sa passion, les excès de ses habitants, sa musique, son folklore, sa pizza, ses couleurs, son patrimoine historique et culturel… Naples aime vibrer, Naples aime le foot. Ici on sait ce que le beau geste signifie. Ici, on sait s’est nourri des prouesses du "Pibe de oro".

A Naples, entrer dans le cœur des gens n’est pas simple, y durer encore moins.

En cinq saisons, Dries Mertens a réussi cet exploit. Arrivé sur la pointe des pieds avec un statut de réserviste, il est devenu l’idole du San Paolo, le chouchou du public, le héros d’un peuple. "Nous l’aimons… c’est un joueur magnifique… il a du sang napolitain".

Dans les ruelles du centre-ville, les déclarations d’amour s’enchainent à chaque évocation de son nom. Le vendeur ambulant, la grand-mère, l’ultras le plus acharné ou les enfants, tous sont unanimes. "Dries Mertens n’est plus belge, désormais il fait partie de la famille. Notre famille. C’est un Scugnizzo (surnom donné aux garçons de Naples, le Gavroche napolitain, ndlr)."

Adoré voire idolâtré sur le terrain grâce à ses buts. Celui inscrit "à la Maradona" contre la Lazio restera à jamais gravé dans les mémoires. "Ce jour-là, j’ai revu Diego. J’ai vu le génie", nous a confié un ami de la star argentine.

La relation entre Mertens et les Napolitains est presque mystique. Mais au coup de sifflet final, ce demi-Dieu se transforme en "boy next door", un garçon de tous les jours. Simple, humble, attachant, blagueur : "un gars que tu croises en sandales en train de promener son chien… une icône proche des gens qui nourrit les sans-abris et rend visite aux enfants malades, tout ça sans faire de vagues".

Dries Mertens aime Naples. "Je ne parlerai jamais mal de la ville et de ses habitants" et Naples le lui rend bien. Pour les gens d’ici désormais, il s’appelle affectueusement "Ciro", un prénom typiquement napolitain.

Naples continue à adorer Diego Maradona mais n’oubliera jamais Mertens, c’est une évidence.

Découvrez ce reportage et bien d'autres reportages dans le week-end sport sur la Une ce dimanche à 18h30.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK