"Romelu Lukaku ne doit pas croire que la terre entière lui en veut"

Vendredi, à midi, Roberto Martinez dévoilera sa sélection pour les deux premiers matches comptant pour la qualification pour l’Euro 2020. Ce sera face à la Russie le 21 mars à Bruxelles et à Chypre trois jours plus tard.

Le sélectionneur pourra compter sur un Romelu Lukaku qui a retrouvé la confiance et le chemin du but. Il a notamment, avec un doublé, été décisif dans la qualification surprise des Mancuniens au PSG en 1/8ème de finale de la Ligue des Champions. Big Rom a démontré à son coach à ManU qu’il était plus qu'un joker !

"Pour Solskjaer, je ne pense pas que Romelu Lukaku était son choix numéro 1. Il a été plutôt vers des joueurs comme Lingard, Rashford ou encore Martial. Lukaku a pu profiter de leurs blessures. Le discours de Solskjaer a alors tout à coup changé. Lukaku ne s’est pas trop vexé par rapport à cela et il a continué à prester, souligne Alex Teklak. Je trouve que Romelu a beaucoup de mérite dans sa carrière, dans tout ce qu’il a fait. Ses titularisations n’ont jamais été servies sur un plateau. Personnellement, je l’ai toujours défendu et je suis content pour lui. Il y a peut-être une chose qu’il devra modifier dans son comportement, c’est de ne pas croire que la terre entière lui en veut. Il se dit actuellement : "Tout le monde m’en veut, tout le monde écrit du mal sur moi, tout le monde dit du mal sur moi". Il ne doit pas s’embarrasser de tout cela et doit surtout se dire qu’il y a des gens qui comptent sur lui et surtout compter sur lui-même. C’est lui qui écrit sa propre histoire, ce ne sont pas les journalistes ou les médias. On lui souhaite, quoiqu’il en soit, le meilleur car on en aura encore besoin en équipe nationale, c’est clair !"

En mars, Roberto Martinez ne pourra sans aucun doute pas pouvoir s’appuyer sur Kevin De Bruyne qui s’est blessé pour la 3ème fois cette saison. Depuis la Coupe du Monde en Russie, le médian de Manchester City n’a plus joué avec les Diables rouges… La poisse le poursuit.

"A un moment donné, City n’était pas bien et l’entraîneur a probablement voulu le récupérer plus vite que prévu. Ensuite, lors de sa deuxième blessure, City a été mieux. Kevin s’est alors dit : "L’équipe tourne et j’ai envie d’y être sinon je laisse passer le train". Il a sans doute forcé ses retours et il n’a pas eu de chance non plus. Parfois, il y a un nuage noir qui se pose au-dessus de soi et il faut attendre qu’il passe", analyse Alex Teklak.

Enfin, plusieurs espoirs frappent à la porte de l’équipe nationale. On pense évidemment à Zinho Vanheusden ou encore Dodi Lukebakio. Roberto Martinez n'est cependant pas enclin à les perturber à l’approche de l’Euro Espoirs (qualificatif pour les JO de Tokyo). 

"Je crois qu’il ne faut pas toucher au noyau des Espoirs. Il faut les laisser tranquille. Je ne pense pas que les échéances des Diables soient si importantes actuellement pour briser la bonne dynamique qu’il y a chez les U21. Surtout qu’il n’y touche pas et que les Espoirs puissent tous se concentrer sur l’objectif qui est l’Euro en Italie", conclut Alex Teklak.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK