Rajeunissement chez les Diables Rouges : Roberto Martinez n'a pas le choix

Le sélectionneur fédéral Roberto Martinez a convoqué 32 joueurs en vue des trois matches que les Diables Rouges disputeront en octobre.

La Belgique va disputer un match amical face à la Côte d'Ivoire (au stade Roi Baudouin le 8 octobre) ainsi que deux duels à l'extérieur en Ligue des Nations, à Wembley contre l'Angleterre le 11 puis à Reykjavik contre l'Islande le 14.

Une nouvelle fois, l’entraineur de notre formation a fait appel à de nouveaux éléments, cinq dans ce cas.

>>>> LIRE AUSSINouveau problème musculaire pour Eden Hazard

Trois départs, sept trentenaires

14 juillet 2018 : La Belgique remportait, avec la manière, le match pour la troisième place de la Coupe du monde 2018 face à l’Angleterre (2-0). Cette génération entrait dans l’histoire du football belge, en faisant mieux que les Diables Rouges au Mexique en 1986, qui avaient terminé à la quatrième place.

Au sein de ce noyau expérimenté, seuls sept éléments (sur 23) avaient 25 ans ou moins (Romelu Lukaku, Yannick Carrasco, Thorgan Hazard, Youri Tielemans, Adnan Januzaj, Michy Batshuayi et Leander Dendoncker). Le temps a fait ce qu’il a toujours fait… et trois joueurs ont quitté le navire (retraite internationale pour Marouane Fellaini et Mousa Dembélé, retraite tout court pour Vincent Kompany).

Aujourd’hui, sept pions sont trentenaires : Thomas Vermaelen (34 ans), Simon Mignolet (32 ans), Toby Alderweireld (31 ans), Jan Vertonghen (33 ans), Nacer Chadli (31 ans), Axel Witsel (31 ans), Dries Mertens (33 ans). Le constat chiffré est implacable et sans appel : cette génération exceptionnelle ne pourra tenir encore des années. Il faut préparer l’avenir, Roberto Martinez a donc accéléré le mouvement du rajeunissement. La volonté principale, à travers un noyau élargi comptant parfois jusqu’à 32 joueurs, montrer aux nouveaux appelés comment ça se passe chez les Diables Rouges, des ‘journées portes ouvertes’ en d’autres mots.

Courbes positives récompensées

Certains n’effectueront d’ailleurs (peut-être) qu’un aller-retour (citons les exemples de Benito Raman, Birger Verstraete ou Landry Dimata) car ils ne constitueraient qu’un plan C ou plan D à leur poste. Ils ne peuvent prétendre à une place dans les 23 pour une grande compétition. Les départs ou défections pourraient, à court ou moyen terme, éventuellement ouvrir une porte. C’est exactement ce qui s’est produit avec Hans Vanaken à l’époque, ou avec Yari Verschaeren dans une moindre mesure.

Martinez utilise les rencontres de Ligue des Nations comme s’il s’agissait de parties amicales. Il offre du temps de jeu à tout le monde, indiquant notamment qu’aucun joueur ne participera aux trois rencontres en octobre. Bon communicant, désireux de garder un grand nombre d’éléments concernés par ses choix, le sélectionneur fédéral donne une chance à ceux qui se trouvent sur une courbe positive.

Les Charles De Ketelaere (19 ans), Arnaud Bodart (22 ans), Albert Sambi Lokonga (20 ans), Nicolas Raskin (19 ans) ou encore Aster Vranckx (17 ans), probables futures attractions de notre équipe nationale, sont prévenus. Martinez envoie par ailleurs un signal fort à Zinho Vanheusden, Sebastiaan Bornauw et Alexis Saelemaekers, repris à la fois chez les Espoirs et chez ‘les grands’.

Si de nombreux Diables Rouges stoppent leur carrière internationale après l’Euro 2020 (qui se disputera en juin 2021), et le risque est très grand que cela se produise, le ‘préparateur Martinez’ aura en théorie un coup d’avance. Le meilleur moyen pour maintenir notre équipe nationale au brillant niveau atteint depuis plusieurs années.

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK