Quatre défenseurs centraux 'fits' pour trois postes : le pari risqué de Martinez

Roberto Martinez
2 images
Roberto Martinez - © BRUNO FAHY - BELGA

Roberto Martinez l’a officialisé ce dimanche à la veille de l’entrée en lice des Diables Rouges dans la Coupe du Monde : malgré sa blessure à l’aine contractée lors du match de préparation contre le Portugal il y a une quinzaine de jours, Vincent Kompany est maintenu dans la liste des 23 joueurs. Pourtant, Vince the Prince devrait être prêt, au mieux, pour le troisième match de la phase de poules.

Avec le forfait déjà acté de Thomas Vermaelen, qui se remet doucement d’une blessure à la cuisse et qui ne s’est quasiment pas entraîné depuis plus d’un mois, le sélectionneur devra donc faire avec seulement quatre défenseurs centraux disponibles pour affronter le Panama. Puisque le système 'Martinez' emploie trois axiaux, il ne restera qu’un seul et unique remplaçant sur le banc de touche. Un pari qui semble tout de même bien risqué.

Imaginons le pire scénario possible. Face au Panama, Dedryck Boyata se blesse au bout d’une demi-heure. Leander Dendoncker est donc lancé dans le grand bain. Mais en seconde période, l’attaquant panaméen Blas Pérez part dans le dos de la défense. Toby Alderweireld l’accroche en position de dernier défenseur. Carton rouge !

Le joueur de Tottenham est suspendu pour la deuxième rencontre face à la Tunisie.

Trois solutions d'appoint

Le match contre les Aigles de Carthage approche à grand pas mais ni Vermaelen ni Boyata ne sont rétablis. Kompany non plus, évidemment. Martinez ne peut donc compter que sur Jan Vertonghen et Dendoncker pour former sa défense. Que faire ? Le casse-tête est gigantesque.

Il y a toutefois trois solutions d’appoint imaginables. La première serait de faire reculer Marouane Fellaini pour profiter de sa taille, de son goût pour les duels et de son jeu de tête. La suivante pourrait propulser Axel Witsel, et sa discipline tactique, dans le trio arrière. Enfin, le recentrage de Thomas Meunier pourrait également être envisagé. Mais ce dernier choix obligerait alors Martinez à aligner ensemble Yannick Carrasco et Nacer Chadli sur les flancs. L’équilibre de l’équipe en prendrait donc un coup.

Même si tout ceci est de la pure fiction et qu’on ne souhaite absolument pas qu’un tel scénario (assez peu probable nous en conviendrons) se déroule, il est intéressant de se pencher sur le choix de prendre dans la liste des 23 deux défenseurs centraux en revalidation et seulement un latéral habitué à jouer dans un rôle plutôt défensif (Meunier).

Dans le système 'Martinez', le trio axial et les latéraux occupent un rôle central. Pourtant, actuellement, il y a seulement sept joueurs disponibles pour occuper ces cinq positions. Quand on sait que neuf éléments se "disputent" les quatre places de l’entrejeu, l’équilibre de la liste de Roberto Martinez peut interroger.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK