Praet : "Je veux montrer au coach ce que je peux faire"

Appelé pour la première fois par Marc Wilmots en novembre 2014 pour un match amical contre l'Islande lors duquel il a disputé ses 14 premières minutes en équipe nationale, Dennis Praet fait son retour chez les Diables Rouges quatre ans après. Une fierté mais également une récompense pour le travail accompli depuis son départ d'Anderlecht en août 2016.

"Je suis très content d'être ici aujourd'hui. Ça fait quatre ans donc ça a quand même duré un peu de temps mais j'y ai toujours cru. Il faut toujours espérer. Maintenant, je suis devenu un peu plus adulte, explique l'ancien capitaine des Diablotins. L'équipe nationale est très forte donc ce n'est pas facile de l'intégrer mais je viens ici pour me montrer. C'est la première fois que je suis sélectionné par ce coach donc je veux lui montrer qu'il a eu raison de m'appeler et lui montrer ce que je peux faire."

Arrivé en toute discrétion en Serie A, le jeune milieu s'est rapidement fait une place dans l'entrejeu de la Sampdoria. Après une première saison d'apprentissage, où il a tout de même disputé 34 matches avec une moyenne de plus de 53 minutes jouées par rencontres, Praet a endossé avec assurance le costume de titulaire. Régulièrement aligné dans une position légèrement plus reculée que sous le maillot mauve, le Louvaniste a fait évolué son jeu en Italie.

"Ça fait maintenant deux ans et quelques mois que je joues en Italie. J'ai changé comme joueur mais comme personne aussi. Physiquement et tactiquement, le championnat italien est complètement différent de le Pro League. Le niveau est plus élevé. A Anderlecht, je jouais plus haut. Maintenant, à la Sampdoria, je joues plus bas. Mon jeu a de ce fait changé. Je suis devenu plus costaud, plus fort défensivement. Parfois ça me manque un peu de ne pas marquer et de ne pas donner des assists mais je touche aussi plus de ballons, le jeu passe plus par moi, analyse le joueur de 24 ans. Je crois que chez les Diables, mon poste serait pour le moment un des deux devant la défense."

Des caractéristiques qui ont donc tapé dans l'oeil du sélectionneur Roberto Martinez et qui lui permettent de côtoyer les "stars" de ce noyau qu'il regarde avec admiration.

"Les Diables sont devenus beaucoup plus forts qu'il y a quatre ans. Quand on voit la troisième place en Coupe du Monde, c'est extraordinaire. Je connais déjà la plupart des joueurs donc mon intégration devrait bien se passer" conclut-il avec bonheur.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK