Nos spécialistes sous le charme de Romélu Lukaku et Kevin De Bruyne

Nos spécialistes sous le charme de Romélu Lukaku et Kevin De Bruyne
4 images
Nos spécialistes sous le charme de Romélu Lukaku et Kevin De Bruyne - © DIRK WAEM - BELGA

Quelques heures après le match qu'ont livré les Diables Rouges face à l'Estonie, nous avons proposé à nos spécialistes de revenir sur la rencontre en leur demandant quels enseignements ils pouvaient ressortir de ce match hors-normes.

"Le premier enseignement, c’est qu’on a une génération exceptionnelle" analyse Benjamin Deceuninck. "On le savait peut-être déjà, mais les voir réunis et les voir prendre du plaisir ENSEMBLE, c’était juste beau. Alors il faut qu’on en prenne conscience pour l’apprécier à chaque match de ce niveau. Et il faut surtout que les Diables en prennent définitivement conscience dans les moments importants (un quart de finale d’une grande compétition par exemple). Oui, l’adversaire était modeste, mais les Diables l’ont rendu encore plus impuissant. On a vu des combinaisons d’une rare fluidité. Et ça c’est le 2è enseignement : les Diables commencent à se trouver plus facilement, en un temps, en sachant quels déplacements vont faire les partenaires. Avec comme point de fixation un Romelu Lukaku sans faute et sans faille en déviation. Avec Un Kevin De Bruyne qui peut de cette position plus reculée " casser " une ligne d’adversaires en un coup de baguette magique. Le danger peut venir de partout dans ce système ET avec ces joueurs."

Thierry Luthers va dans le même sens: "Avec ce système tactique, la Belgique est plus forte que jamais offensivement. Face à un adversaire faible, convenons-en, les " Diables " peuvent se faire plaisir dans moult combinaisons, répétées à l’entraînement ou improvisées. Dans ce schéma-là, Lukaku est moins isolé et peut faire valoir sa science de la déviation et du jeu en une touche de balle avec des feux-follets nommés Mertens, Carrasco ou Hazard autour de lui. Sans oublier l’apport offensif très intéressant de Meunier, de plus en plus à l’aise sur son flanc droit. Pour parachever sa meilleure prestation sous le maillot de l’équipe nationale, Lukaku a ajouté deux nouveaux buts à son tableau de chasse. Il battra bientôt le record de 30 buts co-détenu par Van Himst et Vorhoof. On a beaucoup parlé du cas Nainggolan mais De Bruyne a prouvé qu’il était très utile dans un rôle de 6 ½ qui lui permet d’avoir tout le jeu devant lui et d’exceller dans son jeu long. Il est d’ailleurs mêlé, de près ou de loin, à la préparation de la plupart des buts."

"Soyons francs, il y a quelques années, la perspective d’un Belgique-Estonie un dimanche soir de novembre était synonyme de déprime assurée. Hier, on a vécu un pur régal!" ajoute de son côté Manu Jous. "Envie, percussion, combinaisons. A l’exception du 4e quart d’heure, il n’y a eu aucun temps mort. Que demande le peuple ? Certes, on nuancera en disant que l’Estonie était d’une insigne faiblesse. C’est vrai. Ce qui n’empêche que ce genre de matchs, il n’y a pas si longtemps, aurait pu nous poser pas mal de problèmes…"

"Individuellement, les satisfactions sont nombreuses. J’en pointerai deux en particulier: Romélu Lukaku. Il a probablement disputé l’une de ses meilleures rencontres en sélection. Même avant ses deux buts, il était impliqué dans tous les phases dangereuses. Toujours bien positionné, juste dans ses déviations, disponible. Il était parfait. Avec 2 roses supplémentaires, il passe à 22 buts chez les Diables (à 23 ans seulement) ! J’ai toujours autant de mal à comprendre le discours de ses détracteurs (rarement objectifs). Que ces gens-là trouvent un homme capable de faire mieux que Lukaku à la pointe de notre attaque et je m’inclinerai. Mais, personnellement, je n’en vois pas. En ce qui concerne Kevin De Bruyne, son repositionnement plus bas dans l’entrejeu est-il une solution d’avenir ? Toujours est-il que KDB a fait merveille dans son jeu long, d’une précision chirurgicale (voyez la confection du premier but). Une position plus reculée qui a magnifié son sens de la distribution. Un one-shot de Martinez ou une trouvaille appelée à être répétée ? Curieux de voir. N’oublions pas que c’est Wilmots qui avait fait reculer Witsel dans le jeu. Martinez nourrit peut-être le même projet à long terme avec De Bruyne. Ce qui, le cas échéant, ferait encore moins les affaires de Nainggolan..."

"Face à un opposition comme celle-là, le talent offensif des Diables a pu s'exprimer pleinement" termine Vincent Langendries. "Encore faut-il, dans ce type de match, être concentré, concerné et motivé. Les joueurs l'étaient hier soir et ce, dès la 1e minute. Conclusion...jamais on a ressenti les nombreuses absences (surtout dans le secteur défensif). Je pointerais dans cet excellent état d'esprit la prestation de Romelu Lukaku. Il a été monstrueux d'abnégation, d'altruisme. Il a été le cauchemar des centraux estoniens et a ponctué sa prestation aboutie de 2 buts. Avec 22 buts inscrits en 56 sélections, Rom va pulvériser le record de 30 buts en équipe nationale."

"Deuxièmement je retiendrais les messages de Martinez. Comme ceux envoyés à Nainggolan et Lombaerts, comme ceux adressés aux néophytes à qui il a montré du soutien et de la confiance (Dendoncker titularisé et Tielemans à nouveau monté au jeu en fin de partie). Enfin message vis-à-vis du groupe par rapport à Simons. Dans le vestiaire le coach a dit à ses joueurs de prendre exemple sur le footballeur qu'est Timmy. Un professionnel jusqu'au bout des crampons dont la longévité laisse quand même admiratif. "Un truc de ouf" comme me l'a dit Dries Mertens. Et puis comme un autre Diable me l'a confié... certains en ont bien rigolé en disant au coach que le Brugeois devait rendre le bouquet de fleurs qu'il avait reçu il y a 2 ans, en guise d'hommage pour sa carrière."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK