Mununga : "Thierry Henry a énormément apporté à Roberto Martinez au niveau de la crédibilité"

Dans "Complètement Foot", David Houdret, Pascal Scimè et Joachim Mununga sont revenus sur le probable départ de Thierry Henry à Monaco où il a signé un contrat jusqu'en 2021. Ce sera sa première expérience en tant que coach principal.

Quel est donc le bilan de ce que l’entraineur français a apporté aux Diables ces deux dernières années ?

"Je pense que Thierry Henry a énormément apporté à Roberto Martinez au niveau de la crédibilité. Tous les joueurs le connaissent. Sa carrière est énorme et ça reste encore dans la tête des joueurs. Le message passe beaucoup plus facilement s’il est appuyé par quelqu’un de la pointure de Thierry Henry", a souligné Joachim Mununga.

Et de poursuivre : "Il ne s’est pas exprimé dans les médias donc on ne peut pas savoir ce qu’il en pense. Il a fait son travail dans l’ombre et on ne peut le juger que par les dires des joueurs. Tous les joueurs ont eu un avis unanimement très positif par rapport à lui. Je me vois dans l’obligation de lui dire merci pour tout ce qu’il a apporté aux joueurs puisqu’on a fait une Coupe du Monde plus que correcte. Je veux aussi lui souhaiter bonne chance pour la suite."

Pascal Scimè a complété l'analyse : "Autant il est énigmatique en France parce que ça reste un ovni pour le football français. C’est un peu le mal aimé du football français. On le dit distant, il n’habite pas en France, il se partage entre Londres et les Etats-Unis. Je pense que c’était un win-win pour la Belgique et pour Thierry Henry. Il ne faut pas sous-estimer cela. On ne doit pas voir ça uniquement sous le prisme des journalistes et de l’opinion publique française qui dit que la Belgique est troisième grâce à Thierry Henry parce qu’il a gagné la Coupe Du Monde. Il ne faut pas plonger dans cet écueil-là. Par contre je pense qu’il a apporté quelque chose, notamment aux attaquants. Il a instauré une relation de confiance avec eux. Je ne sais pas s’il a bonifié Romelu Lukaku parce qu’en quelques jours de rassemblement en équipe nationale, il ne sait pas faire des miracles. Mais je pense qu’il a su trouver les mots justes sur la gestion émotive de certains moments. Pour un attaquant il faut savoir choisir ses moments. Le moment d’un appel, comment placer son corps, le non-verbal, savoir être frais dans sa tête, … c’est un ensemble de choses qu’il a pu insuffler. Après j’aurais aimé l’entendre un peu plus souvent. J’aurais aimé qu’on ait une vraie communication et pas d’opacité concernant Thierry Henry, que Roberto Martinez s’exprime, que des joueurs - et pas toujours les mêmes - s’expriment. Maintenant il va devenir un vrai coach. Il va devoir apprendre à gérer des gardiens, des défenseurs et des milieux de terrain. Je pense qu’il est prêt pour ce rôle. […] En ce qui me concerne, il y aura un petit goût de trop peu concernant Thierry Henry qui avait vraiment beaucoup de choses à amener et qu’on n’a peut-être pas pu capter nous journalistes et supporters. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK