Mertens "Dieu à Naples", son poste de directeur technique, l'Euro 2021 : Martinez fait le point

Alors que les Diables rouges auraient dû avoir entamé leur Euro, le Coronavirus est passé par là et la grande messe européenne a ainsi dû être postposée d’un an. Pour faire patienter les spectateurs, l’équipe de Complètement Foot accueillait le sélectionneur, Roberto Martinez ce dimanche soir. Voici tout ce que vous auriez pu rater de cette interview riche en enseignements. 

Le coach de l'équipe nationale a commencé par évoquer l'un des Diables qui a marqué l'histoire ce weekend : Dries Mertens, qui grâce à son but face à l'Inter est devenu le meilleur artificier de l'histoire de Naples.


Lire aussi : 122 buts : Dries Mertens meilleur buteur de l'histoire de Naples


"C’est incroyable. C’était un match fantastique. Avoir l’opportunité de voir Mertens contre Lukaku dans une demi-finale de Coupe d’Italie, c’est fou. Aujourd’hui, on ne voit plus beaucoup de loyauté dans le football, et je pense que Dries a montré qu’il veut marquer l’histoire de Naples. Il est dans la meilleure période de sa carrière. Il est presque considéré comme un Dieu à Naples. Il le mérite" a fièrement affirmé Martinez.

Puis, Martinez s'est épanché sur un éternel débat qui émaille le football belge. La D1B, soit la deuxième division, doit-elle intégrer des équipes U21 et ainsi permettre à des jeunes joueurs de faire leurs gammes ? "Je pense que oui." a-t-il avoué. "Cela nous manque en Belgique. Il n’y a rien qui facilite plus le développement de jeunes que la difficulté de la compétition. La ligue U21 est une bonne Ligue d’un point de vue tactique et technique mais il faut grandir en tant qu’homme. Le challenge de se mesurer à des hommes dans une Ligue d’hommes aiderait beaucoup au développement des jeunes."

Le sélectionneur a aussi été questionné sur son rôle de directeur technique et la vision à long terme qui en découle. "C'est une mauvaise tactique d'uniquement se concentrer sur les Diables actuels. Il faut travailler entre les matches, se focaliser le futur, préparer la prochaine génération. Cette génération-ci est 1e mondiale, mais ce n'est pas la même chose pour les jeunes joueurs qui suivront. On travaille déjà avec les joueurs nés en 2000 ou 2001. Le talent est toujours présent en Belgique, il l'a toujours été, je pense aux périodes en 1994 ou 1995. Mais le talent ce n'est pas assez pour faire partie d’une équipe victorieuse.

Je trouve que ça marche bien en Belgique, le coach peut avoir la main sur plusieurs aspects : les jeunes, le football féminin, le futsal, tout le monde peut profiter de cette vision à long terme. on peut tous en profiter. Avoir ces deux rôles (NDLR : sélectionneur et directeur technique) me permet de ne pas penser match par match mais de mettre en place pleins d’autres projets et de préparer les joueurs pour qu’ils soient prêts au moment voulu. Mes dix ans d'expérience en Angleterre m'aident énormément."

Roberto Martinez a également parlé de son rôle en tant que sélectionneur. La question a été posée : L'Espagnol aurait-il prolongé à la tête des Diables si l'Euro n'avait pas été reporté ?


Lire aussi : OFFICIEL : Roberto Martinez prolonge comme sélectionneur des Diables Rouges


"C’est impossible à dire. En football, comme dans la vie, il faut prendre des décisions aux instants T. Une chose est sûre, mon job n’était pas fini. Les fans, les supporters autour de cette génération en attendent plus. C’est difficile à dire pour moi de dire ce qui se serait passé. Je pense au travail de qualité fourni par les joueurs depuis la Coupe du monde. On a terminé la Coupe du monde et on s’est dit qu’on voulait encore s’améliorer malgré ce statut de numéro 1 au classement Fifa. On a un projet avec beaucoup d'ambition, notamment avec Peter Bossaert ou le président de la Fédération Mehdy Bayat. C'est un projet excitant, je ne peux pas dire que participer à l’euro aurait tout changé mais je me disais que ce n’était pas encore fini. Pas encore terminé" a-t-il répété plusieurs fois.

L'Euro postposé, la Belgique aura désormais l'occasion de peaufiner son sujet à travers la Nations League. Une aubaine selon Martinez : "On était dans une bonne période physiquement et mentalement. On était prêt. Reporter l'Euro fut une bonne décision, il n'y a pas de débat. Désormais, tu peux juste te préparer à travers la Nations league. Il ne faut pas penser aux opportunités manquées. Mais on doit se dire qu’on peut être encore "plus prêts". L’équipe va être agrandie, on va faire participer des jeunes U21" a-t-il confirmé pour conclure cette interview.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK