Marc Wilmots : "Je n'ai jamais été un T2…"

Pour jouter l’Italie, il devait emmener ses Diables au Koweit. Ce sera dans la grisaille du Heysel. À 7 mois de l’Euro, il a déjà son noyau en tête. Il a intégré le portefeuille de l’agent mondial n°1, mais refuse de dévoiler son avenir. Marc Wilmots passe "Sur le Gril d’Erik Libois".

Il reste joueur dans l’âme, mais ne regrette pas sa vie d’avant : " Comme joueur, tu détiens l’impact, tu as le ballon au pied pour faire la décision ; comme coach, tu es là pour organiser, créer une logistique et des règles de vie." Notamment vis-à-vis du monde extérieur. "J’ai connu des agents qui venaient à l’hôtel, rien de ça chez moi : certains entraîneurs se laissent influencer, des agents sont de mèche avec des journalistes pour faire monter la cote de leur joueur, pas question de copinage avec moi."

Même chose pour certains égos qui se laisseraient abuser par le statut de n°1 mondial FIFA : "Mon équipe est faite de vedettes mais pas d’égos, je ne vois qu’une bande de gamins qui viennent s’amuser. Et ceux qui n’acceptent pas mes choix peuvent rester chez eux. D’ailleurs je l’ai toujours dit : le cœur de mon équipe, c’est son banc."

Jamais adjoint

Ses inspirateurs ? Jurgen Klopp : "Pour son énergie, comme joueur vous allez au feu pour un gars pareil". Et… Mourinho : "Pour son palmarès. " Mais il mesure les limites du métier : " Comme coach, vos décisions impactent 5 à 10 % d’un résultat, pas davantage... "

Et de se souvenir de son rôle d’adjoint d’Advocaat et Leekens. "Je n’ai jamais été T2, je me suis toujours comporté comme un T1 : je n’étais pas le confident des joueurs, je n’ai pas dû changer d’attitude, j’ai toujours été moi-même. Quand les 2 T1 sont partis, j’y suis allé sans contrat, pour l’honneur de la Nation : les joueurs étaient livrés à eux-mêmes, on s’est dit " On fait quoi maintenant ? " Les joueurs avaient besoin de quelqu’un qui aille de l’avant."

Fellaini incontournable

Aller de l’avant : comme coach, il a gardé ses réflexes d’attaquant. "J’ai joué 10 ans aux postes 6, 8 et 9 mais c’est le collectif qui compte : on a choisi le 4-3-3 car c’est le système dans lequel jouent la plupart de mes Diables, ça favorise les automatismes car lors des rassemblements de 3 jours, on n’a pas le temps pour changer quoi que ce soit…"

D’où la nécessaire stabilité. "Dans ma tête, mon noyau pour l’Euro est déjà formé : priorité à ceux qui ont fait la campagne et forgé la qualification. Je tiendrai aussi compte de la forme du moment… et des inévitables blessures, on l’a vu avec Benteke avant le Brésil." Malheur donc à ceux qui feront banquette dans leur club en mai ? "Ça dépend qui : un Fellaini est un profil atypique, il n’y en a pas deux au monde comme lui." Big Mo peut donc déjà préparer sa valise…

Son Diable le plus malin tactiquement ? "Axel Witsel : en simple 6, en double 6 comme au Zenit ou dans un rôle purement offensif, il s’adapte à tout. " De la à tuyauter le coach ? " Je suis ouvert aux suggestions tactiques de mes Diables, mais cela ne s’est jamais produit : avec les résultats qu’on aligne, il n’y aucune raison…"

Méga Toby

Le premier nom qu’il met dans sa compo. Non, ce n’est ni Courtois, ni Kompany, ni Witsel. "Pour l’instant, c’est Toby Alderweireld : il a énormément progressé, il est polyvalent, c’est devenu l’un des plus réguliers."

Hazard se liquéfiant à Chelsea, on a dit de Wilmots qu’il poussait Eden vers le Real : " Eden est assez grand pour faire ses choix, je n’interviens pas là-dedans." Est-il interpellé par la forme précoce de Kevin De Bruyne ? "Personne n’arrivera cramé à l’Euro : au Brésil, on a prouvé avec Mario Innaurato qu’on individualisait les programmes de maintien ou de remise en forme."

Récemment très critique pour le championnat belge, il se réjouit de la relève : "Je n’ai pas changé d’avis sur le niveau de la D1 : j’ai sélectionné plusieurs joueurs du cru car j’avais plusieurs blessés. Mais c’est vrai, les clubs belges relèvent la tête : on joue sans complexe en Coupe d’Europe, Gand ose en Champions League, Anderlecht a battu Tottenham. Oui, le marché belge se redresse."

Mourir avec ses idées

La pression des critiques, Willie n’en a que faire. "Le foot ne m’a jamais empêché de dormir : les critiques font partie du paysage, avec des résultats comme les miens un entraîneur étranger aurait déjà sa statue." Tient-il pour autant compte des critiques dans ses réflexions ? "Chacun est libre d’avoir son opinion et de l’exprimer : moi, je ne doute jamais, je suis mon chemin, les résultats plaident pour moi. Et je mourrai avec mes idées..."

Mais à la longue, les critiques, ça use… De quoi le pousser à partir après l’Euro ? "Oui, je partirai après l’Euro. Mais en vacances ! La question de l’avenir ne m’intéresse pas, je suis sous contrat jusqu’en 2018 et je prépare déjà la campagne de Russie." Comment faut-il alors interpréter le fait d’avoir embauché Jorge Mendes, l’agent de Ronaldo et Mourinho ? "C’est lui qui m’a approché, pas moi : c’est quelqu’un de très convivial, on cause de l’avenir… sans plus, autant passer du temps en agréable compagnie…" dit Willie en guise de pirouette. On n’en saura pas davantage.

Pas de sous-marin

Car Wilmots reste Willie, le petit gars de Jodoigne resté proche du terroir. "Je déteste l’hypocrisie, je reste simple et direct : je mange 3 fois par jour, je n’ai besoin ni d’un avion, ni d’un bateau, ni d’un sous-marin. Mes amis sont restés les mêmes, mes valeurs n’ont pas changé. Et le jour où le foot s’arrêtera, j’aurai plus de temps pour le golf et je retournerai à la chasse avec mon fusil." Et s’il ne lui reste qu’un jour à vivre, il le passera "au resto avec Madame et une bonne bouteille de bulles".

Mais avant cela, gagner l’Euro ? "On fait partie des 6 ou 7 équipes qui peuvent le faire. Mais la France est ma grande favorite : elle joue chez elle et a un noyau exceptionnel, je l’ai d’ailleurs dit à Didier Deschamps."

Qui a dit que la Belgique était la France du Nord ?

" Sur le Gril ", une interview hebdomadaire d’Erik Libois à écouter sur Vivacité ce vendredi dans "Complètement Foot", avant Belgique-Italie. En podcast également sur www.vivacité.be.

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK