Qui seront les Diables rouges de demain?

Qui fera l'équipe nationale de demain?
Qui fera l'équipe nationale de demain? - © RTBF

Qui sont les stars belges de demain? On entend souvent dire que cette génération est dorée et que la suivante aura du mal à être à son niveau. Mais les espoirs sont permis. Nous avons pris le parti de choisir 11 joueurs. Un par position, sous la forme d’un 4-3-3. Ces joueurs ont, selon nous, tout en mains pour réussir une belle carrière. Rien n’est fait bien sûr. Car marcher dans les pas des Diables Rouges n’est pas une sinécure. Petit tour d’horizon forcément subjectif de ce qui se fait de mieux chez les plus jeunes.

Gardien : Arnaud Bodart (Standard)

Le gardien du Standard n’a que 22 ans et a tout, absolument tout, pour devenir un tout grand gardien. D’abord avec un mentor comme Michel Preud’Homme, il est à bonne école. Arnaud Bodart est intelligent, sobre, efficace et s’appuie sur les conseils de son aîné, Jean-François Gillet. Le garçon s’est étoffé musculairement et un roc sur le plan mental. Au Standard tout le monde l’adore. En s’appelant Bodart, il n’était pas facile de se faire un prénom. Il y est parvenu en renvoyant dans l’ombre Milinkovic-Savic.

Arrière droit : Alexis Saelemakers (AC Milan)

Le joueur formé à Anderlecht n’a que 20 ans et déjà plus de 60 matches en première division. C’est sous le règne d’Hein Van Hazebrouck que le joueur, archi-polyvalent a émergé le 16 février 2018 à Saint-Trond. Saelemakers peut jouer au milieu, sur une aile, en soutient de l’attaquant mais c’est au poste d’arrière droit qu’il a fait son trou. Jusqu’à séduire les recruteurs de l’AC Milan. Difficile pour lui d’y être titulaire. Mais son talent est indéniable.

Défenseur central : Zinho Vanheusden (Standard)

De très loin le défenseur qui se rapproche le plus du noyau des Diables Rouges. A 20 ans, le pilier de la défense du Standard a déjà transité par l’Inter. Le Standard a déboursé aux alentours des 13 millions d’Euros pour s’attacher ses services. Le potentiel de Vanheusden est sans limite. Le report de l’Euro d’un an augmente ses chances de se faire une place au sein de la défense des Diables Rouges qui devra un moment se renouveler.

Défenseur central : Sebastiaan Bornauw (Cologne)

Le défenseur de Cologne a fait ses débuts au Sporting d’Anderlecht le 28 juillet 2018 sous Van Hazebrouck. A Anderlecht, il se savait barré par Kompany et Sandler. Son transfert en Bundesliga a surpris. Mais au total, il y a joué une vingtaine de matches pour 5 buts inscrits. Pas mal pour un défenseur.

Arrière gauche : Maxim De Cuyper (Club Bruges)

Il est un joueur à vocation offensive mais en trichant un peu, on peut l’imaginer comme un arrière gauche moderne, audacieux. De Cuyper a 18 ans et peut se vanter d’avoir été titulaire à deux reprises contre Manchester United. Si Philippe Clement a opté pour lui, c’est que son potentiel est indéniable. Mais on ne s’emballe pas pour autant. Deux matches, même contre Manchester, c’est trop peu pour juger.

Milieu défensif : Albert Sambi Lokonga (Anderlecht)

A 20 ans, il est le patron de l’entrejeu à Anderlecht. Et il peut déjà se targuer d’avoir déjà 3 saisons à son actif au sein du noyau A du Sporting. Le frère de Polo Mpoku s’est bien remis d’une blessure grave et serait sur les pistes des plus grands clubs d’Europe.

Milieu offensif : Francesco Antonucci (Volendam)

A 20 ans, ce jeune joueur né à Charleroi commence enfin à émerger après des passages par Anderlecht, l’Ajax et Monaco. En 21 matches joués pour le compte de Volendam, il a marqué 12 buts et délivré 5 passes décisives. D’accord, c’est en deuxième division mais le club, 3e, joue la montée. Francesco Antonucci a-t-il reculé pour mieux sauter ? Il fait en tous les cas partie du giron des Espoirs belges.

Milieu offensif : Yari Verschaeren (Anderlecht)

Il a 18 ans et a déjà été appelé par Roberto Martinez. Il a même marqué, sur penalty, en octobre dernier, son premier but sous le maillot des Diables Rouges. Verschaeren est le chouchou du public anderlechtois et son statut au sein des Diables Rouges est tel, que l'imaginer jouer l’Euro 2020 n’aurait été qu’une demi-surprise.

Attaquant : Jeremy Doku (Anderlecht)

C’est le plus jeune des jeunes talents de demain. Dix-sept ans pour l’ailier du Sporting dont le profil unique basé sur l’explosivité, les un contre un, charme Roberto Martinez. Le prodige du Sporting a vu son élan brisé par sa carte rouge obtenue à Malines. Une exclusion qui a inversé le cours d’un match dominé jusque-là par le Sporting. Cette défaite pourrait au final peser lourd. Une erreur de jeunesse pour un garçon au potentiel hors-norme.

Attaquant : Charles De Ketelaere (Club Bruges)

Il n’a que 19 ans et il est sans doute la future pépite du football belge. Gaucher, élégant, polyvalent, De Ketelaere a commencé dans la discrétion d’un match de Coupe de Belgique aux Francs Borains avant d’illuminer le championnat. Nul doute que l’entraîneur des Diables Rouges, Roberto Martinez, le surveille de près. De Ketelaere peut quasiment tout faire.

Attaquant : Aaron Leya Iseka (Toulouse)

Quel parcours pour l’attaquant du Téfécé. Une éclosion à Anderlecht, un passage par Zulte Waregem, Marseille et puis Toulouse pour celui qui, à 22 ans, aspire à sortir de l’ombre de son frère Michy Batshuayi. A Toulouse, il a marqué 8 buts en 55 matches.