Le 'seum' du Mondial, son lien avec Lille, le Ballon d'Or: Hazard sans langue de bois en France

Eden Hazard était l'invité du Canal Football Club sur Canal+ ce dimanche. L'occasion pour nos voisins français d'évoquer une multitude de sujets en compagnie du capitaine de notre équipe nationale. 

Le joueur de Chelsea a tout d'abord répondu aux questions sur son expérience à Lille avec notamment le titre de champion en 2011 mais a également donné son avis sur la domination du PSG en Ligue 1

"On a connu de superbes moments à Lille. Quand j'ai signé à 14 ans, je ne pensais jamais que j'allais gagner quelque chose car il y avait des équipes meilleures que nous. On a fait quelque chose d'exceptionnel avec le coach Garcia. Pour ce qui est du PSG, je constate que pour nous chaque week-end est compliqué en Angleterre. En Ligue 1, Paris se balade chaque semaine. Ils ont trop facile."

S'il avoue avoir été courtisé par le PSG, le Diable rouge assure qu'il n'y mettra jamais les pieds. "Il y a eu des contacts mais ça ne m'a jamais tenté. J'ai toujours dit que si je devais revenir en Ligue 1, ce serait à Lille. Il n'y a donc aucune chance que je joue un jour au PSG."

Les questions ont ensuite dévié sur le Mondial et la prestation de Hazard avec les Diables rouges, avec inévitablement une référence au succès français en demi-finale contre la Belgique. "Bien sur que j'ai eu le seum: : j'ai perdu une demi-finale de Coupe du monde", a répondu Hazard, taquiné par ses interlocuteurs. "C'est normal qu'il y ait de l'amertume. On espérait aller en finale. C'est dommage mais on essayera de gagner dans deux ans à l'Euro."

Le Diable rouge a ensuite estimé qu'il était difficile pour lui de remporter le Ballon d'Or. "Pour le remporter, il ne suffit pas de faire une coupe du monde, il faudrait aussi gagner le championnat et faire une bonne ligue des champions."

L'intervention de Hazard dans l'émission s'est conclue par la traditionnelle question sur son avenir et son amour pour le Real Madrid. "Pour l'instant, je me concentre sur Chelsea . Il me reste un an de contrat après cette année. C'est en tout cas impossible que je parte au mois de janvier", a-t-il une nouvelle fois répété. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK