Le record, l'ambiance de Sclessin, la Grèce, Mourinho et le mercato : Lukaku se livre après son triplé

Auteur d'un triplé jeudi soir lors du large succès des Diables Rouges contre Gilbraltar (9-0), Romelu Lukaku a soigné ses statistiques et s'est rapproché du record national de 30 buts que se partagent Bernard Voorhoof et Paul Van Himst.

"Je veux battre ce record, mais je vise surtout les titres avec l'équipe, explique l'ancien anderlechtois. Ce serait beau d'entrer dans l'histoire en marquant plus de trente buts. Mais ce qui compte ce sont les victoires avec l'équipe. C'est le plus important. C'est ainsi qu'on écrit l'histoire."

Face aux Gibraltariens, les Diables n'ont pas fait dans le détail. "On ne doit pas manquer de respect aux équipes de notre groupe. Il faut toujours rester concentrés et être forts tactiquement. On l’a été hier soir du début à la fin" se félicite Lukaku qui a fortement apprécié l'ambiance de Sclessin.

"C’est mieux de jouer dans des plus petits stades qu’au Roi Baudouin. L’ambiance est beaucoup plus chaude. Je pense que la Fédération doit changer ça. Il faudrait qu’on joue à Bruges, à Gand, à Anderlecht, à Genk ou encore au Standard. C’est plus agréable" avoue-t-il.

A la fin de la rencontre, Lukaku est allé chercher une grande majorité de ses équipiers qui étaient directement rentrés au vestiaire après le coup de sifflet final. Le début d'une petite polémique.

"C’est un malentendu. Le coach nous a appelé dans le vestiaire après le coup de sifflet final. On devait ressortir après. Ce n’est pas de l’arrogance, si le boss nous appelle, on doit y aller, non ?" se défend le jeune joueur de 24 ans.

Dimanche, place à la Grèce, une autre paire de manches. "C’est la seule équipe qui nous a pris des points mais pendant ce match aller, on n’a pas su concrétiser nos occasions, se souvient le buteur de Manchester United. Maintenant, c’est un autre match, on sait que si on gagne là-bas, on sera qualifiés donc on y va avec une grosse envie. Leur match nul contre l'Estonie d’hier n’est pas notre problème. On doit se concentrer sur nous-mêmes et finir le job."

Cette rencontre se disputera sans Axel Witsel exclu hier soir. Pour le remplacer, Lukaku a sa petite idée. "Mousa Dembélé pourrait faire le job. Ou Youri Tielemans. Mais c’est le coach qui va décider. La concurrence est là, tout le monde veut se montrer mais le plus important est de se qualifier le plus vite possible."

Je n’ai pas envie d’être une star en dehors du football

Très en jambe depuis le début de saison, l'ex-Toffee a rapidement pris ses marques dans son nouveau club de Manchester United et s'épanouit.

"Ça se passe très bien, la présaison s’est très bien passée. Je suis content d’avoir pu rejoindre le groupe aussi tôt. Je connais quand même beaucoup de joueurs de l’effectif. Et puis le coach m’aide beaucoup donc c’est que du positif. J’ai toujours eu comme objectif de progresser année après année. Je remercie tous les coaches que j’ai eu parce que j’ai appris de chacun d’eux. Et maintenant, je suis avec le coach que je voulais depuis longtemps, assure le nouveau Red Devil. Depuis mes 11 ans, je voulais jouer pour ce coach. Maintenant, on essaie de réaliser quelque chose de spécial ensemble."

Transféré d’Everton à ManU pour une somme avoisinant les 85 millions d’euros, Lukaku n’est pas étonné par la folie des grandeurs de ce mercato estival avec les 222 millions d’euros de Neymar Jr, les 180M de Kylian Mbappé ou encore les 105M d’Ousmane Dembélé.

"Je savais que ça allait arriver. Il y a toujours de plus en plus de gens qui regardent le foot. Pour certains joueurs, ça apporte de la pression, pour d’autres, c’est un boost. Personnellement, ce n’est pas un problème. Tout ce que je vis maintenant, je l’ai vécu avec mon père (Roger Lukaku est lui-même un ancien footballeur professionnel, ndlr). Je vis ma vie, je vais manger avec ma mère, je reste avec mon frère, je joue à ma Playstation. Pour le reste, il n’y a rien qui change. Je n’ai pas envie d’être une star en dehors du football. Peu importe le montant, je reste le même. C’est grâce à l’éducation de mes parents" conclut-il.

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK