Le manque de respect de Wilmots, la dynamique de Martinez: Chadli se lâche

Football : Nacer Chadli et Roberto Martinez
Football : Nacer Chadli et Roberto Martinez - © BRUNO FAHY - BELGA

A 27 ans, Nacer Chadli a décidé d’emboiter le pas au célèbre "Reculer pour mieux sauter". Sa situation sportive à Tottenham était devenue délicate avec la concurrence de Christian Eriksen, Dele Alli, Erik Lamela ou Son Heung-min par exemple. L’ancien de Twente a donc filé vers West Bromwich Albion, toujours en Premier League. Il a inscrit 4 buts et délivré 2 assists depuis le début du championnat. Nos confrères de Sport/Foot Magazine sont allés à sa rencontre dans la banlieue de Birmingham. Ensemble, ils sont revenus sur les derniers mois de l’équipe nationale belge, avec le départ de Marc Wilmots et l'arrivée de Roberto Martinez.

Sa non-sélection pour l’Euro :

"Je m'y attendais un peu. En regardant tout ce qui se disait dans les médias, la situation ne jouait pas en ma faveur. Et souvent les coaches cèdent sous la pression médiatique. On est tous humains et même si on pense faire ses propres choix, on est inconsciemment influencé par ce qui se dit à la télévision ou ce qui s'écrit dans la presse. Après, je dois reconnaître que je ne méritais pas à 100 % d'être dans la sélection car je ne jouais plus beaucoup à Tottenham. Par contre, me sélectionner pendant 4 ans, et ne pas m'appeler pour m'annoncer la nouvelle, c'est un manque de respect. Je n'ai reçu ni coup de téléphone, ni message."

L’apport de Roberto Martinez :

"Il a surtout changé la dynamique dans le groupe. J'aime aussi le système de jeu qu'il a mis en place avec les 3 arrière et les wing-backs. En reconversion défensive, on sait ce qu'on doit faire. Tactiquement, on est beaucoup plus au point. Maintenant on sait individuellement ce qu'on doit faire. Et on le travaille énormément à l'entrainement. Ce qui est très différent du précédent coach. On travaille aussi beaucoup les phases arrêtées qu'elles soient défensives ou offensives. On se crée aussi beaucoup plus d'occasions grâce à notre animation alors qu'avant, on avait davantage besoin d'un coup d'éclat pour s'en sortir."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK