L'épopée russe des Diables, de l'annonce de la sélection au retour triomphal au pays

L’épopée russe des Diables, de l’annonce de la sélection au retour triomphal au pays
L’épopée russe des Diables, de l’annonce de la sélection au retour triomphal au pays - © POOL YVES HERMAN - BELGA

RTBF.be/sport vous propose de revivre en quelques dates clés l’épopée des Diables rouges.

21 mai : Roberto Martinez dévoile une pré-liste en vue du Mondial. 28 joueurs sont ainsi appelés. Radja Nainggolan ne figure pas dans cette liste. Son éviction serait liée pour le coach à des " raisons tactiques ".
Les réactions sont virulentes. " On doit être la seule nation à se passer d’un des meilleurs milieux de terrain au monde ", confie même Philippe Albert sur notre plateau. Le Ninja de la Roma (qui sera, quelques semaines plus tard, transféré à l’Inter Milan) annonce la fin de sa carrière internationale.

2 juin : La Belgique et le Portugal se rencontrent dans un match amical qui se solde sur un peu convaincant 0-0. Jan Vertonghen fête, à cette occasion sa 100ème Cap et devient le premier joueur belge à atteindre ce chiffre symbolique. Le même soir, Vincent Kompany se blesse. C’est le début d’une saga : " Sera-t-il rétabli à temps pour le Mondial ? ".

4 juin : Roberto Martinez dévoile sa liste des 23 ou … plutôt 24. Vincent Kompany et Thomas Vermaelen en font partie. Par mesure de précaution, le coach fédéral reprend un 24ème homme, Laurent Ciman, en tant que " joker médical ". Une situation compliquée à vivre pour le défenseur du Los Angeles FC. L’autre surprise est la sélection d’Adnan Januzaj qui va donc disputer sa 2ème Coupe du Monde sans avoir participé au moindre match de qualifications. Du jamais vu. Christian Benteke, Jordan Lukaku, Matz Sels et Christian Kabasele rentrent à la maison…

6 juin : Les Belges affrontent l’Egypte en match amical. Le coach fédéral surprend tous les observateurs en alignant … Laurent Ciman (le 24ème homme) d’entrée de jeu. Il effectue un bon match à l’image de Diables qui s’imposent facilement 3-0.

8 juin : Les Diables rouges consacrent cette journée aux fans. Le matin, ils rendent visite à des écoles et l’après-midi, l’entraînement est ouvert au public. Un mouvement de foule se produit … Face à l’affluence, la capacité d’accueil au Belgian Football Centre à Tubize monte de 1600 à 2200.

9 juin : Le Roi Philippe rend visite aux Diables rouges pour leur apporter le soutien royal avant le départ en Russie.

11 juin : Les Diables rouges disputent leur dernier match amical à Bruxelles avant le Mondial. Dedryck Boyata est titularisé et il est plus que convaincant. La Belgique s’impose 4-1 et impressionne dans sa facilité à marquer. Tous les feux sont au vert …

13 juin : Les Diables rouges s’envolent pour Moscou pour rejoindre leur camp de base situé Dedovsk, non loin de la capitale russe.

15 juin : Les joueurs se donnent à fond, même à l’entraînement. Le tacle de Kevin De Bruyne sur Adnan Januzaj en témoigne. On a craint le pire pour le médian de la Real Sociedad. Pas de quoi toutefois ternir l’ambiance qui règne dans le groupe.

16 juin : Laurent Ciman quitte le groupe et rentre en Belgique. " J'ai assez attendu. Ma femme et mes enfants ont besoin de moi, j'ai décidé de rentrer. Je vois mes parents ce week-end et je rentre à Los Angeles lundi. Cette semaine-ci, je le savais. Je ne pense pas que ça allait changer en une semaine. L'évolution de la blessure ne va pas changer en une semaine. Je suis déçu de ne pas aller au Mondial, mais le plus important reste ma famille ", déclare-t-il à son arrivée à Bruxelles.

17 juin : Premier match pour les Belges dans ce Mondial. Ils assurent face au Panama (3-0). Dries Mertens ouvre le score en deuxième période et libère les Diables qui inscriront deux autres buts via Romelu Lukaku, élu Homme du Match par la FIFA.

20 juin : Surprise, le programme est modifié et une journée de repos est accordée aux joueurs par Roberto Martinez. "Les derniers tests physiques montraient une surcharge chez certains Diables. Ce qui est assez logique vu la débauche d'énergie déployée depuis quelques semaines et la chaleur qui régnait à Sotchi face au Panama. C'est probablement une excellente chose pour eux de pouvoir se reposer, explique Philippe Albert. Physiquement ça va faire du bien mais psychologiquement aussi". Et de conclure : "Physiquement un joueur peut-être au top et après le match être complètement lessivé. En 1994, les tests physiques de Staelens et Van der Elst étaient très bons. Ils ont terminé sous baxter après le match contre les Pays-Bas. Il ne faut pas en arriver à ce point-là avec nos Diables aujourd'hui."

23 juin : Devant la famille invitée après le match face à la Tunisie à un barbecue, les Diables rouges font le boulot. Un doublé d’Eden Hazard, un autre de Romelu Lukaku et enfin un but de Michy Batshuayi permettent aux Belges de s’imposer 5-2 et d’assurer leur qualification pour les huitièmes de finale.

26 juin : L’ambiance est au beau fixe, l’entente entre les joueurs est parfaite. Nouvelle illustration de cette atmosphère joyeuse avec un header de challenge réussi lors d’un entraînement. Des images qui ont fait le buzz sur la toile.

28 juin : Belgique-Angleterre, un match particulier où le seul l’enjeu est la place dans le Groupe G. Au coup d’envoi, ce sont les Anglais qui sont premiers … uniquement sur base du classement du fair-play (deux cartons jaunes de différence). Nombreux sont ceux qui estiment qu’il vaut mieux terminer à la deuxième place car la partie du tableau apparaît moins compliquée pour l’équipe qui terminera à position. Avec 9 "réservistes", les Diables réalisent un match de qualité, ne calculent pas et s’imposent 1-0 grâce à un but exceptionnel d’Adnan Januzaj. Les Belges montrent qu’ils n’ont peur de personne et qu’ils sont prêts à affronter n’importe quelle équipe. Ce sera le Japon en huitièmes de finale.

Lors de ce match face à l’Angleterre, Michy Batshuayi entre dans le bêtisier du Mondial en envoyant le ballon sur le poteau avant que celui-ci ne lui rebondisse en pleine face.

2 juillet : Belgique-Japon, un véritable thriller. A l’heure de jeu, c’est la stupéfaction. Les Belges sont menés 0-2 par des Samouraï bleus efficaces et redoutables. L’élimination se profile à l’horizon. C’était sans compter sur le choix payant du coach catalan. Nombreux sont ceux qui pensent que Roberto Martinez va faire monter Batsman mais non, il lance Marouane Fellaini et Nacer Chadli. Après un but un peu chanceux de la tête de Jan Vertonghen, ce sont les deux remplaçants qui vont faire la différence. Big Mo va égaliser et à la dernière seconde de la rencontre, Nacer Chadli sera à la conclusion d’un contre rapidement mené par les Diables. 3-2, la qualification pour les quarts est acquise dans la douleur mais démontre à quel point ces Diables sont costauds physiquement et mentalement !

6 juillet : Le Brésil, le grand, l’immense Brésil, 5 fois Champion du Monde, apparaît comme un obstacle presqu’insurmontable pour la petite Belgique. Tactiquement, Roberto Martinez innove et surprend les Auriverde. Les Belges mènent 2-0 à la mi-temps et vont, en groupe, parfaitement gérer la deuxième période (et ce, malgré un but encaissé sur un coup de tête rageur de Renato Augusto, score final 2-1) pour écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du football et sans aucun doute la plus belle de cette génération dorée !

10 juillet : Belgique-France, une demi-finale de rêve entre voisins et amis. Les Bleus brisent le rêve mondial de nos Diables. Un but de Samuel Umtiti suffit au bonheur des Tricolores. Les hommes de Didier Deschamps se sont imposés en prônant une tactique peu audacieuse mais efficace qui leur permet d’atteindre la finale de la Coupe du Monde. Et ce, pour la troisième fois de leur histoire. La Belgique disputera, elle, la petite finale pour la 2ème fois en 32 ans !

14 juillet : Belgique-Angleterre, le match pour la 3ème place. Succès belge 2-0.

15 juillet : Retour triomphal des Diables rouges en Belgique qui, comme en 1986, vont saluer les nombreux supporters sur la Grand Place de Bruxelles.

Pendant plus d’un mois, les Diables rouges ont fait vibrer tout un pays. A peine le Mondial terminé qu’il faut déjà se concentrer sur de nouveaux objectifs. En septembre, la Nations League débute et sera rapidement suivie des qualifications pour l’Euro 2020 !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK