"L'audace de la génération triomphante" des Diables Rouges inspire le respect en France

La presse française était unanime ce samedi pour souligner la performance des Diables Rouges, vainqueurs du Brésil (2-1) vendredi soir à Kazan en quarts de finale du Mondial 2018 de football.

"Annoncé comme l'immense favori du tournoi après les éliminations prématurées de l'Allemagne et de l'Espagne, le Brésil s'est encore raté, battu par une séduisante équipe de Belgique" estime le quotidien français Le Figaro. "Décevante à l'Euro 2016 alors qu'elle faisait partie des favoris, la génération dorée belge incarnée par Eden Hazard et Kevin De Bruyne répond finalement présent deux ans plus tard, sur la scène mondiale. (...) Le choc des attaques pétaradantes mardi devrait être explosif." Poursuivant l'évocation de la prochaine demi-finale France-Belgique, le grand quotidien parisien avance "une demi-finale qui s'annonce comme une finale avant la lettre."

"Et si c'était enfin l'éclosion de cette génération dorée du football belge. En laissant le ballon au Brésil et en bloquant parfaitement l'axe, hier soir à Kazan, Eden Hazard et ses partenaires ont réussi à faire déjouer une Seleçao orpheline de Casemiro et souvent démunie, à l'instar d'un Neymar décevant" écrit Le Parisien. "Et avec un peu plus de justesse, le faux lent Romelu Lukaku et Eden Hazard auraient pu permettre aux Diables Rouges de mener plus largement avant le réveil du Brésil dans le deuxième acte. A ce sujet, il faut relever la performance majuscule du gardien Thibaut Courtois. Quand les attaquants brésiliens se sont faits plus pressants, le gardien de Chelsea a multiplié les parades."

"Diablement efficaces" pour L'Equipe. "Même s'ils ont souffert après le retour des vestiaires, les Belges ont surpris les Brésiliens en première période grâce à un plan de jeu audacieux et parfaitement préparé", analyse le grand quotidien sportif.

"Dominée comme jamais par la Belgique inspirée par l'audace de sa génération triomphante, la Seleçao de Neymar se retrouve éjectée du Mondial 2018 dès les quarts de finale à la surprise générale" estime Ouest-France. "Revenus de l'enfer face au Japon, les 'Diables rouges' avaient prévenu qu'ils ne renonceraient pas à leur jeu trop porté vers l'attaque malgré le risque d'un 'effet boomerang' face au Brésil. Le pari a parfaitement fonctionné. Grâce à un but contre son camp de Fernandinho (13e) et une frappe sublime de Kevin de Bruyne (31e), la génération dorée belge s'offre le droit d'affronter la France en demi-finale, mardi à Saint-Pétersbourg, et peut rêver à un premier sacre mondial."

"Auteurs d'un match quasi parfait, les Diables rouges ont éliminé le Brésil de Neymar, pourtant favori" souligne Libération. "On a assisté vendredi soir, à Kazan, à un magistral travail d'enrayement de la mécanique de la Seleçao, favorite absolue de la compétition jusqu'alors, qui n'avait guère laissé deviner de défaillances au gré de sa montée en puissance, et pourtant battue 2-1 sans que l'on puisse y trouver à redire. (...) les Diables rouges ont accompli, sur un mode spectaculaire, ce match d'exception contre une tête de série dont se languissaient ses joueurs, issus d'une génération débordant de talent à ne plus savoir où le mettre sur la feuille de match, mais aux états de service jusqu'alors décevants sous le maillot national."

"Efficaces et sérieux défensivement, les Belges ont battu une équipe brésilienne trop brouillonne et pas assez inspirée (2-1)" analyse Le Monde. "Cet équilibre indispensable aux sélections qui veulent atteindre le dernier carré d'une compétition internationale, l'entraîneur belge Roberto Martinez l'a acquis avec quelques changements efficaces (les solides Marouane Fellaini et Nacer Chadli à la place des trop virevoltants Yannick Carrasco et Dries Mertens) et une organisation offensive construite sur des milieux intenables qui martyrisent les latéraux adverses. Sur la gauche, Eden Hazard a battu le record de dribbles réussis lors d'un match (10)."

"Les Français qui ont regardé le match auront raison de se demander si une demi-finale contre leurs voisins, plutôt que contre cette équipe brésilienne un peu perdue, est vraiment la meilleure issue."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK