"L'ancien" Meunier : "J'aurais pu quitter le PSG, mais tout n'était pas rassemblé"

A chaque rassemblement des Diables Rouges, c’est l’occasion de prendre des nouvelles de certains de nos joueurs qui évoluent à l’étranger. Ce mercredi, Thomas Meunier a répondu aux questions de Pierre Deprez lors d’un entretien exclusif pour évoquer le mercato agité qui vient de se terminer, sa situation compliquée au PSG et son statut désormais de "vieux" chez les Diables.

Deux jours après la clôture d’un mercato estival encore une fois, assez dynamique au sein de la planète football, la question se pose à Thomas Meunier. Relégué au second plan au Paris-Saint-Germain et cité à Valence ou à la Juventus de Turin, le back droit belge a-t-il failli quitter la capitale française cet été ? "C’était une période intense, avec pas mal d’intérêts, des discussions. J’aurais pu partir mais ça ne s’est pas fait car que ce soit de la part du club ou de la mienne, il y avait des discordances. Tout n’était pas rassemblé à 100% pour que ça fonctionne." Mais le joueur de 27 ans l’affirme, quitter le PSG n’est pas une priorité pour lui : "J’ai toujours dit que je voulais rester à Paris. Il me reste un an de contrat et j’espérais, d’ailleurs je l’espère toujours, une prolongation de contrat. Mais la situation devient un peu plus compliquée car je ne suis plus la priorité à ma position mais je reste professionnel. Je me sens bien là-bas et on verra ce que ça va donner durant la saison."

Mais justement, si durant la saison, Thomas Meunier se retrouve coincé sur le banc, il faudra peut-être envisager un transfert ou un prêt à la mi-saison, surtout à six mois de l’Euro 2020 auquel il ne fait (presque plus) aucun doute que les Diables participeront. Mais partir en janvier, ce n’est pas une option dans l’esprit de l’ancien Brugeois : "J’en ai déjà parlé avec le sélectionneur, on est conscient que l’année va être compliquée mais j’ai toujours trouvé que partir en milieu d’année était une mauvaise idée car je pense que les clubs qui transfèrent en janvier ce sont des clubs qui, pour moi, agissent dans la précipitation. J’ai l’impression quand les transferts en janvier ne sont pas des transferts réfléchis mais plutôt une question de nécessité plus que d’envie. Donc pour moi un transfert en janvier c’est non, même si je passe les premiers mois sur le banc." L’idée semble donc totalement hors de la table pour le latéral droit qui aborde son statut de remplaçant avec philosophie : "c’est la vie d’un joueur professionnel. Il y a des périodes très positives et d’autres un peu moins. Et c’est la première fois dans ma carrière que j’ai affaire à une situation un peu plus compliquée que les autres."

Du coup, quand les périodes en club sont plus difficiles, il y a l’avantage de pouvoir revenir en sélection. Un véritable bol d’air pour Meunier : "L’équipe nationale, c’est toujours un peu les vacances. Le mode de fonctionnement et les entraînements sont différents mais c’est quelque chose qui me convient énormément. Et puis on revoit des gens qu’on connaît depuis des années, même si cette fois ça fait bizarre de ne pas voir certaines têtes que je me réjouissais de revoir." Des absents comme Axel Witsel ou les deux frères Hazard qui font donc de la place à des petits nouveaux. Cette fois-ci, ceux qui devront se faire bizuter sont Benito Raman et Yari Verschaeren. L’Anderlechtois qui n’a que 18 ans depuis quelques mois et qui rappelle les jeunes au PSG qui donne des cheveux blancs à Thomas Meunier : "C’est vrai que je me sens vieux (rire). A Paris, les jeunes qui viennent de la CFA, l’équipe réserve, m’appelle "L’ancien" alors que je n’ai que 27 ans ! Mais certains qui s’entraînent avec nous ne sont nés qu’en 2000. C’est dingue, ils n’ont pas connu la France championne du monde avec Zidane et ils n’ont pas connu non plus le franc ! Enfin c’est vraiment une dinguerie et c’est là qu’on prend un coup de vieux mais bon, chacun son époque, et moi ça me fait plaisir car à Paris, je joue un rôle de "grand frère" et j’aime beaucoup ça." Le grand frère Thomas Meunier va donc très certainement aider les petits nouveaux comme Yari Verschaeren a bien s’intégrer au sein des Diables Rouges.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK