Koeman prévient ses troupes : "On joue quand même contre le N.1 mondial"

Ronald Koeman
Ronald Koeman - © BRUNO FAHY - BELGA

Le 127e derby des plats pays aura lieu mardi à Bruxelles. Même s'il s'agit d'un amical et que les coachs pourraient en profiter pour passer en revue leurs effectifs, Ronald Koeman s'attend à un match disputé. "Peu importe qui joue, cela reste Belgique-Pays Bas et tu veux obtenir un résultat", a déclaré le sélectionneur néerlandais lundi en conférence de presse.

"Tu veux toujours gagner, mais on joue quand même contre le N.1 mondial", a expliqué Koeman. "La Belgique a un onze de valeur. Ils jouent ensemble dans le même système depuis des années et se sont parfaitement adaptés les uns aux autres. On a vu au Mondial, ils ont réalisé de belles choses."

Néanmoins, battre l'équipe classée à la première place du ranking mondial quelques jours après avoir corrigé l'Allemagne 3-0 n'est pas la priorité de Koeman. "Ce serait une très bonne performance, mais notre préoccupation, c'est de nous qualifier pour l'Euro 2020. Seulement à ce moment-là, nous pourrons dire que nous sommes de retour."

Les Diables Rouges sont invaincus face aux Oranje depuis 1997 et une défaite 3-1 en qualification au Mondial '98. "Je ne trouve pas étonnant que les Pays-Bas n'aient pas gagné contre la Belgique ces dernières années", a confié Koeman. "Cela prouve que la Belgique a une grande génération de joueurs. Ce que les Pays-Bas ont parfois eu par le passé, et parfois non. Si cette génération s'arrête en Belgique, je ne crois pas qu'il existe comme ça un nouvel Hazard, un nouveau Lukaku, un nouveau Vertonghen ou un nouveau De Bruyne. Ce genre de joueurs n'arrivent pas tous les cinq ans, alors profitez-en", a lancé avec un large sourire Koeman en s'adressant aux journalistes belges. Les Pays-Bas se trouvent eux confrontés à une transition délicate après avoir eu pendant des années des joueurs du calibre de Sneijder, Robben ou van Persie. "Nous avons en ce moment des joueurs de talents qui peuvent devenir de grands joueurs. Mais il est difficile de faire des prévisions."

Koeman préfère tempérer l'enthousiasme qui entoure l'équipe nationale après la brillante victoire contre l'Allemagne. "Nos supporters n'ont pas vraiment été gâtés ces dernières années. Mais je dois aussi analyser ce qui doit et peut être amélioré. C'est un bon départ, mais nous ne sommes encore nulle part. Nous avons montré à différents moments que nous pouvons bien jouer au football. Si nous ne commettons plus les petites erreurs commises contre la France (défaite 2-1) et l'Allemagne, nous avons une chance contre tout le monde."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK