Frédéric Waseige : "Dans 2 ans, on aura des back-ups aux places sensibles"

Le bilan de Fred Waseige
Le bilan de Fred Waseige - © RTBF.be / Belga Image

Alors que la Coupe du Monde s'est terminée dimanche soir sur une victoire de la France face à la Croatie (4-2), le consultant de la RTBF Frédéric Waseige revient sur le parcours de l'équipe nationale belge, finalement classée 3e de la compétition russe.

Pour lui, Thomas Meunier a été le meilleur Diable rouge. "Tout le monde va sans doute choisir Eden Hazard ou Thibaut Courtois, mais il y en a d'autres. Meunier a crevé l'écran aussi bien sur le terrain qu'en dehors."

Comme révélation belge, il opterait soit pour Dedryck Boyata, soit pour Nacer Chadli. "Boyata parce que sinon ce sont tous des titulaires qu'on connait depuis 50 ans. Je suis convaincu depuis longtemps que ce gamin a quelque chose. Il a une belle mentalité. En plus, il est fiable et rassurant. Ensuite, je choisirais Chadli parce qu'il m'a épaté. Je ne m'attendais pas à ça, il ne m'avait jamais vraiment convaincu de sa plus-value. Il vient dans une équipe de très haut niveau... et il élève le niveau. J'ai adoré constater que ce garçon a apporté une dimension supplémentaire à l'équipe nationale belge, qui est probablement l'équipe qui a proposé le meilleur football durant cette Coupe du monde. Donc pour lui c'est vraiment top."

Bien qu'on ait, selon lui, produit le plus beau jeu, le principal enseignement à tirer est l'absence belge en finale. "Au niveau footballistique, c'était formidable. Au niveau compétition, on a foiré une mi-temps, une heure et on est passé à travers parce qu'on est tombé sur le professeur Deschamps et ses anesthésistes. Un peu de la même façon que l'Argentine quatre ans plus tôt, la France a joué pour se qualifier, pour ne pas perdre et nous neutraliser. Ils ont fait fi de leur football qui peut être chatoyant. Mais il faut les féliciter, ils n'ont rien volé."

Du côté belge, Frédéric Waseige pense comme beaucoup d'observateurs qu'il n'a pas manqué grand-chose à cette équipe. "Peut-être un Kevin De Bruyne à la hauteur d'un Eden Hazard contre la France sur l'ensemble d'un match. Seuls 3, 4 ou 5 joueurs étaient au top, et ce n'était pas suffisant pour les battre. Mais voilà, il faut aussi mettre ça sur le compte de l'adversaire."

La grande différence entre cette demi-finale et la rencontre contre le Japon était l'opposition. "Les Nippons nous ont offert un moment de gloire, une démonstration footballistique de ce qu'est un automatisme travaillé à l'entraînement", déclare-il à propos du troisième but belge dans ce match, le plus beau du Mondial selon lui. "On a démontré ce qui se passe quand on laisse jouer des footballeurs jouer sans opposition. Tout est parfait dans ce but, c'est une merveille."

"Ce tournoi est une fameuse base de lancement. La Belgique finit troisième, et surtout avec la manière", poursuit-il. A l'avenir, Frédéric Waseige espère que les Diables pourront entamer les grands tournois avec moins d'incertitudes au niveau défensif. "A cause des deux incertitudes (ndlr: Vincent Kompany et Thomas Vermaelen), on a pris un joueur axial alors qu'on en avait déjà six. On peut espérer qu'il y ait deux back-ups de grande qualité qui se révèlent sur les flancs, parce qu'on est complètement nu. On a toujours dit qu'il n'y avait que des titulaires, mais c'est faux. Quand Meunier était suspendu (contre la France, ndlr) on a eu un gros problème qu'on n'a pas vraiment su résoudre."

Toutefois, le consultant de la RTBF voit l'avenir d'un bon oeil. "Des joueurs comme Timothy Castagne ou Anthony Limbombe pourraient tenir la route si on les intègre correctement. Je pense qu'on sera beaucoup plus fort dans deux ans parce qu'on aura des back-ups aux places sensibles en cas de blessure ou de suspension, aux postes où on a été vulnérable durant ce Mondial", conclut-il.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK