Euro 2020 - Portugal-Belgique : Avant le choc de Séville, l'équipe portugaise à la loupe

Dimanche soir à Séville, les Diables Rouges se farciront donc un champion d’Europe en titre. Avec l’ambition de leur piquer leur trône le 11 juillet. Analyse, en compagnie de notre consultant Fred Waseige, d’un adversaire qui n’a sans doute jamais été aussi fort.

LES POINTS FORTS DU PORTUGAL

CR7

L’atout n°1 du Portugal reste sans conteste son capitaine vétéran Cristiano Ronaldo, assidu confirmé des salles de muscu et toujours aussi assoiffé de buts. A 36 ans passés, CR7 est plus fort que jamais : meilleur réalisateur actuel de l’Euro, auteur de 5 des 7 pions lusitaniens dans ce Championnat d’Europe, le meilleur buteur de la Série A a encore frappé deux fois contre la France, confirmant son sang glacial des onze mètres et égalant le record de goals en sélection de l’Iranien Ali Daei (109 buts). " Ce type ne sera jamais rassasié : même 10 ans après sa retraite, il voudra encore marquer " analyse joliment Fred Waseige.

Meilleur goleador absolu de l’Euro (14 buts), le quintuple Ballon d’Or affiche 26 pions marqués en 48 matches en grand tournoi (5 Euros, 4 Coupes du Monde, une Nations League, une Coupe des Confédérations). Stop, l’indigestion menace.

Une armada de talent animée par la gagne

On a longtemps parlé de la grande génération portugaise des années 2000 avec Luis Figo, Ricardo Carvalho, Rui Costa et (déjà) Cristiano Ronaldo… mais cette génération, couronnée mondialement chez les jeunes, n’a jamais rien gagné au plus haut niveau. La génération actuelle apparaît même plus forte que l’équipe titrée à l’Euro 2016, où CR7 semblait un peu seul sur sa planète. Le Portugal actuel cumule talent, expérience des grands clubs et vécu de la gagne (titres individuels cette saison en Premier League, en Liga, en Série A, en Ligue 1 et en Bundesliga.

Cette équipe n’est pas faite que de dribbleurs et de solistes, elle possède un sens inégalé du collectif : ces joueurs analysent le jeu et gèrent les situations comme personne " explique Fred Waseige. " Un joueur comme Renato Sanches a pris une autre dimension : en première mi-temps hier, le Lillois a mangé à lui seul l’entrejeu français. Pendant une mi-temps certes… mais il fallait le faire ! Ce Portugal m’apparaît bien équilibré : de tous les rescapés de ce fameux Groupe F, dit ‘de la mort’, la Seleçao était pour moi l’équipe à éviter absolument. Plus que la France ou que l’Allemagne ! "

 

5 images
© Tous droits réservés

Sa défense centrale

Avec Ruben Dias et le vétéran Pepe (38 ans !), la défense du Portugal s’arcboute sur un verrou inoxydable la transformant en coffre-fort. Elu meilleur joueur de Premier League (une gageure pour un arrière !), le central de City est présenté comme le meilleur défenseur du monde. A se côtés, Pepe apporte expérience et grinta. " Ce duo cumule talent, métier et roublardise : parfois jusqu’à l’excès viril concernant Pepe, mais cela fait aussi partie du foot… " analyse Waseige.

Fernando Santos

Ancien défenseur de formation, le technicien portugais a le chic pour ordonner le chaos et tempérer les excès du génie pur. Doté d’un noyau débordant de qualités techniques, le sexagénaire y a greffé ses préceptes défensifs et organisationnels. C’est le Didier Deschamps lusitanien : à la tête d’un groupe suintant la classe, il est souvent taxé d’hyperréaliste. L’ingénieur diplômé en électricité est le roi du résultat : il a ramené la Grèce en Coupe du Monde et à l’Euro, après les années de disette ayant suivi le titre-surprise à l’Euro 2004. Il a offert au Portugal ses seuls titres majeurs : l’Euro 2016 et la Nations League 2019.

5 images
© Tous droits réservés

LES POINTS FAIBLES DU PORTUGAL

Une Ronaldo-dépendance ?

Comme expliqué plus haut, l’impact de CR7 reste prépondérant. Avec, pour corollaire, des guerres d’ego, comme illustré face à la Hongrie avec la colère de Ronaldo sur Diogo Jota, coupable de l’avoir ignoré lors d’une phase de finition. Mais aussi un vrai rapport de respect teinté de… crainte en présence du joueur de la Juventus : selon certains observateurs, certains joueurs de la Seleçao perdent en impact et ont tendance à se reposer sur leur leader charismatique en situations de match.

Les flancs défensifs

Brillante dans l’axe, l’arrière-garde portugaise pèche sur ses flancs. Privé de Cancelo (Covid), son titulaire habituel dans le couloir droit, Fernando Santos a titularisé Nélson Semedo face à l’Allemagne et la France… et y a pris l’eau face aux Kylian Mbappé et autre Robin Goosens. Hyper-offensif, le back gauche lusitanien Raphaël Guerreiro a laissé de l’espace derrière lui… et même buté contre son camp face à l’Allemagne.

Les côtés portugais marquent des faiblesses quand on balance de longs ballons dans le dos de ses joueurs de couloir, c’est une arme à utiliser par les Diables " analyse Fred Waseige. Confronté aux blessures de Semedo et Danilo Pereira, touchés contre la France, la dernière ligne portugaise manque aussi de solutions de remplacement et risque de souffrir de son noyau étriqué.

5 images
© Tous droits réservés

La gestion des émotions

Le Portugal est le Brésil d’Europe, dit-on souvent : capable du meilleur comme du pire, mais toupours avec une émotion maximale. Animée d’un nationalisme fervent, la Seleçao l’exprime toujours lors de son hymne national, avec des joueurs au bord de l’ascenseur émotionnel. La victoire à l’Euro 2016 a servi à la fois de climax et de libération, après tant d’années de frustration. " La gestion des émotions est un vrai curseur pour le Portugal… avec le risque, en match, que l’équipe coupe la lumière et parte en vrille durant quelques minutes " prévient Fred Waseige.

La récupération

Programmés pour jouer 48 heures après les Diables Rouges, les Portugais bénéficieront donc de deux jours de récupération en moins d’ici le choc de Séville, dimanche. Dans un Euro itinérant, marqué par les voyages et les consignes Covid, ce paramètre n’est pas à négliger. " D’autant que Ronaldo et ses partenaires ont dû s’arracher pour se sortir de leur groupe et ont donc beaucoup donné " reprend Waseige. " Ce qui n’est pas le cas de Diables… excepté face au Danemark. Les Belges partent avec un évident avantage de fraîcheur. "

5 images
© Tous droits réservés
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK