En méforme ou oubliés par Martinez, ces Diables ont du souci à se faire pour l'Euro 2021

Benteke, Kabasele, Januzaj, Origi : ces joueurs ont du soucis à se faire pour l'Euro 2021.
6 images
Benteke, Kabasele, Januzaj, Origi : ces joueurs ont du soucis à se faire pour l'Euro 2021. - © Tous droits réservés

Alors que les Diables rouges continuent de mener leur barque et de faire honneur à la place de numéro 1 au ranking FIFA, Roberto Martinez, lui, profite de la Nations League pour sélectionner un noyau pléthorique et donner leur chance aux jeunes. Doku, De Ketelaere, Lukebakio, Delcroix, Bornauw ou Kayembe ont ainsi pu troquer leur maillot de club pour la vareuse nationale l'espace d'un (ou plusieurs) match(es). 

Une sélection élargie, taillant la part belle aux jeunes, qui fait certaines victimes collatérales, tombées dans l'oubli et qui ne semblent plus entrer dans les plans de Roberto Martinez. Tour d'horizon de ces joueurs qui ont du souci à se faire d'ici l'été prochain.

Lire aussi : Les chiffres des Diables rouges : Lukaku rejoint Gerd Müller, Tielemans cette triple menace

1. Divock Origi

Surnuméraire et donc absent du noyau dur en Russie, Divock Origi était revenu dans les petits papiers de Martinez et avait continuellement fait partie du giron élargi des Diables pendant les qualifications pour l’Euro 2020. Sans forcément beaucoup jouer mais proposant un profil de dynamiteur qui semblait plaire au sélectionneur.

Malheureusement pour lui, il n’a jamais su saisir la chance que lui a octroyée Martinez un soir de septembre 2019 face à Saint-Marin. Titulaire au sein d’une équipe remaniée, il a balbutié son football et semblé perdu au sein du dispositif. Résultat, il a été remplacé à la 55e par un Martinez furieux. Depuis, il n’a quasiment plus jamais joué avec les Diables. Cerise sur ce gâteau indigeste, il semble définitivement barré par la concurrence folle à Liverpool. Difficile donc de se dégourdir les jambes en club.

2. Adnan Januzaj

Voici une autre victime toute désignée du non-match face à Saint-Marin en septembre 2019. Voulant trop bien faire, Adnan Januzaj avait pêché par un excès d’individualisme flagrant et avait quasiment tout raté. Comme Origi, il avait été remplacé avant l’heure de jeu. Et pire encore qu' Origi, il s’agit de son tout dernier fait d’armes avec les Diables. Il a donc du soucis à se faire, d'autant plus que Martinez semble avoir trouvé des solutions de rechange dans ce rôle atypique d'artiste technicien (Doku ?).

Même si finalement, avec Januzaj, on n'est jamais au bout de nos surprises. Sélectionné à la surprise générale pour la coupe du monde 2014, repris dans un prestigieux noyau pour la Russie en 2018 alors qu’il n’avait pas participé aux qualifications, Januzaj est un adepte des apparitions surprises...pile pour les grands tournois. L’adage “Jamais deux sans trois” se confirmera-t-il ?

3. Christian Kabasele

En voilà un qui n’a jamais réellement eu les faveurs de Roberto Martinez. Tantôt sélectionné, souvent oublié et rarement titulaire (même dans les matches sans enjeu), Christian Kabasele ne compte finalement que deux petites sélections, en amical contre les Pays-Bas en 2016 puis contre le Japon fin 2017. Pour le reste, nada à se mettre sous la dent.

Déjà peu mis en exergue de par son style de jeu et son tempérant humble et plutôt placide, Kabasele pâtit, en outre, de la relégation de son club, Watford, en Championship. Difficile donc, avec si peu de mise en lumière, de retrouver grâce aux yeux du sélectionneur. 

Et c'est bien dommage. On ne peut s'empêcher de se dire qu'un Kabasele, en pleine force de l’âge (29 ans), mature et capable de mettre son égo de côté, pourrait être un sérieux gage de sécurité au relais de nos titulaires. A voir si Roberto Martinez l’entendra de cette oreille. Rien n’est moins sûr.

4. Christian Benteke

Christian Benteke est un cas à part. Côté pile, un profil atypique de déménageur, pivot façon handball qui ne court pas les rues...et surtout pas les rangs de notre équipe nationale. Rarement décevant, souvent décisif dès qu’il arbore la tunique nationale (15 buts en 38 sélections) fait partie des chouchous numériques de Martinez. Ces joueurs qui, même s’ils ne jouent pas beaucoup, cochent toujours une case dans les sélections du technicien espagnol. 

Oui mais voilà, côté face, le grand Christian ne met plus vraiment un pied devant l’autre depuis 3 ans en club. Auteur de 23 buts en...119 matches avec Crystal Palace depuis son arrivée en 2016, Benteke court après cette réussite qui se faire un malin plaisir à le fuir. Symbole de cette mauvaise passe, il n’a inscrit que 4 buts en Premier League...depuis avril 2018.

Face à cette indigence offensive qui persiste, Martinez pourrait donc privilégier quelqu’un d’autre. On se rappelle qu’à l’orée du Mondial 2018, le sélectionneur avait évincé Benteke de sa sélection au dernier moment. L’attaquant de Palace a donc du mouron à se faire s’il ne veut pas revivre pareille désillusion.


 

5. Bjorn Engels, Benito Raman, Matz Sels...

Björn Engels et Benito Raman n'ont jamais réellement fait partie des sélections de Roberto Martinez. L'ancien Brugeois, aujourd'hui à Aston Villa, compte 0 cap et une seule présence sur le banc face au Portugal en 2016. Blessé puis laissé sur le banc par les Villains, il ne parvient pas à se frayer une place au soleil alors que des Denayer, Boyata voire même Bornauw et Mechele se sont engouffrés dans le brèche offerte par la retraite de Vincent Kompany en équipe nationale.

Benito Raman, lui, pâtit de la concurrence offensive chez les Diables. Titulaire 6 fois sur 7 avec Schalke cette saison et plutôt bon dans chacune des rencontres, l'ancien Buffalo ne compte qu'une minute de jeu avec les Diables...face à l'Ecosse en septembre 2019.

Voir ces deux noms absents de la récente liste (très élargie) de Martinez pour le triptyque de novembre est donc un signal fort. Il va falloir cravacher pour espérer arracher une place chimérique dans les 23.

Pour Matz Sels, la situation est encore différente. Lourdement touché au tendon d'achille cet été, le portier est toujours en convalescence, loin des terrains. Mais en son absence, les Koen Casteels et Hendrik Van Cromrbugge semblent avoir pris quelques longueurs d'avance pour s'ériger comme le 3e portier belge à l'Euro derrière les inamovibles Courtois et Mignolet.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK