Eden Hazard, le stress lui va si mal…

Que ce soit face au Kazakhstan ou l’Ecosse, la route vers l’Euro 2020 n’est pas fort stressante pour les Diables Rouges. Il n’empêche : la capacité à gérer la pression est une qualité déterminante au plus haut niveau. Une étude de la KUL a sondé les Diables sur ce point. Et ceux qui s’illustrent le mieux dans ce domaine ne sont pas forcément ceux qu’on croit…

En conférence de presse, Roberto Martinez aligne les banalités. Mais derrière le ronron, le Coach Fédéral décortique toutes les statistiques. Il travaille avec une spin-up néerlandaise, SciSports, issue de l’Université de Louvain (KUL), qui analyse 7.000 matches dans 7 grands championnats.

L’étude révèle que les Diables qui gèrent le mieux le stress sont dans l’ordre Vincent Kompany, Thomas Meunier et Youri Tielemans " explique Jan Van Haaren, Head of Data & Analytics chez SciSports. " Sous pression, ils prennent de meilleures décisions et jouent plus justes techniquement. A l’inverse, ceux qui perdent le plus leurs moyens sont Thorgan Hazard, Dries Mertens et Jordan Lukaku. "

Ces critères sont pondérés, notamment par l’enjeu du match et bien sûr le moment du match : un but marqué en fin de match à 0-0 est beaucoup plus difficile nerveusement que quand c’est déjà 4-0. Certains joueurs se subliment même. Les statistiques montrent que la maîtrise technique de Divock Origi s’élève quand l’enjeu est maximal : Barcelone l’a constaté contre Liverpool. Kevin De Bruyne est également plus efficace sous haute pression. Étonnant : pour Eden Hazard, c’est l’inverse. Le nouveau Galactique, réputé si décontracté, est moins " propre " dans des matches à haute intensité. De là à en faire le roi de petits matches, il y a un pas que personne ne franchira… Il s’agit d’une simple indication statistique.

" Pour le coach, cela peut être très utile pour sa tactique " poursuit Jan Van Haaren. " Quand l’enjeu est haut, il va sélectionner pour sa compo les joueurs à grosse force mentale et dont le pied ne va pas trembler. Et pour ce qui est du système de jeu, s’il veut procéder par des tirs de loin ou par des centres depuis les flancs, il saura exactement lequel de ses joueurs maîtrise le mieux ces gestes sous forte pression. "

Reste une question épineuse : la capacité à gérer le stress découle-t-elle des gènes (personnalité) ou peut-elle être élevée par l’entraînement mental ? Cette réponse-là reste mystérieuse.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK