"Eden Hazard, c'est lui l'élément indispensable de notre équipe nationale"

Eden Hazard
Eden Hazard - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Depuis le 21 mai et l’annonce de la sélection (de 28 joueurs qui sera réduite à 23 le 4 juin) de Roberto Martinez, il n’a été question que de l’absence de Radja Nainggolan. 

Que l’on soit ou pas d’accord avec les explications du sélectionneur national, le temps est venu de tourner la page et finalement de se réjouir, malgré tout, de la présence dans le groupe d’un Vincent Kompany (qui l’eut cru il y a quelques mois ?) ou encore de Michy Batshuayi qui est passé par tous les sentiments après sa blessure à la cheville encourue en avril dernier lors de Schalke-Dortmund. Sans oublier Jan Vertonghen qui a jeté un froid lorsqu'il est sorti en boîtant le 5 mai lors du revers des Spurs à WBA.

Et puis, n’oublions pas que le Ninja de la Roma n’avait participé qu’à deux des dix rencontres qualificatives pour le Mondial : 6 minutes à Chypre et la totalité de la rencontre contre la Grèce à Bruxelles, seul match que les Belges n’ont pas gagné. Il avait remplacé dans le dispositif Eden Hazard blessé ! 

Eden Hazard, plus que n’importe quel joueur, c’est lui l’élément clé, la pièce essentielle de notre équipe nationale. C’est lui que nous ne devons absolument pas perdre... 

Je ne dirais pas qu’avec lui on va gagner la Coupe du Monde mais une quasi certitude : sans lui, on ne la gagnera sûrement pas ! 

Auteur de 6 buts en phase qualificative, le capitaine des Diables est ce type de joueur que toutes les nations rêvent d’avoir. Impossible de ne pas se rappeler, en 2014, son débordement  dans la défense russe avant d’offrir un caviar à Divock Origi pour le but nous envoyant en huitièmes de finale du Mondial brésilien. Personne n’o oublié, en 2016 à l’Euro en France, cette incroyable accélération contre l’Irlande où il va même faire un grand pont sur le juge de ligne avant de servir un nouveau bijou à Romelu Lukaku. 

Vous répondrez sans doute que tout cela est bien joli mais où était-il contre l’Argentine et le pays de Galles en quarts de finale des deux deniers grands tournois auxquels les Diables ont pris part ? Il manque, il faut bien l’admettre, encore juste au numéro 10 des Blues et des Diables, l’instinct du "tueur" et le charisme d’un Cristiano Ronaldo. La preuve à nouveau lors de la finale de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et Liverpool. A l’issue du match, CR7 n’était clairement pas entièrement épanoui car il n’avait pas marqué et n’avait pas non plus assez pesé sur le match ... Les caméras n'étaient, exceptionnellement, pas braquées sur le Portugais.

Et si Eden Hazard, 27 ans, décidait que ce Mondial en Russie était le sien ? On a presque envie de dire que c’est maintenant ou jamais. On pourrait alors vivre la plus belle histoire du football belge ... Tous les espoirs sont permis ! 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK