Diables rouges : Leander Dendoncker, "C’est peut-être maintenant ou jamais de gagner quelque chose"

À trois jours de l’entrée de la Belgique dans l’Euro face à la Russie, Leander Denconker est venu au micro de Vincent Langendries pour parler de son nouveau statut chez les Diables et de sa paire avec Youri Tielemans.

En conférence de presse, le milieu de terrain a d'abord évoqué une déclaration récente de Romelu Lukaku. "Je crois qu’il a raison quand il dit qu’on est plus forts qu’en 2018. La forme des joueurs qui sont là s’est améliorée, on a tous plus d’expérience. C’est surtout cela qu’il a voulu dire. Comme les gens disent, c’est peut-être maintenant ou jamais de gagner quelque chose."

Il est ensuite venu à notre micro pour livre ses impressions actuelles. La pression, Dendoncker ne la connaît pas même si sa titularisation contre la Russie est probable. "Ce n’est pas sûr, c’est à l’entraîneur de décider même si c’est possible au vu des absences et de mes deux titularisations lors des matches amicaux. Je ne ressens pas forcément plus de pression, j’essaie de rester calme."

Titulaire dans l’entrejeu avec Youri Tielemans, Dendoncker a joué 128 matches avec son ancien coéquipier d’Anderlecht qu’il connaît par cœur. "Je ne dois pas vous expliquer ses qualités et sa façon de jouer, tout le monde en est conscient. Il veut toujours apprendre, il communique beaucoup, il a toujours été comme ça. Déjà, quand on a commencé ensemble en équipe première à Anderlecht, il osait parler. Depuis, il a commencé à courir énormément, c’est peut-être là où il a fait le plus de progrès."


►►► À lire aussi : Yannick Carrasco, "L’objectif est de gagner l’Euro"

►►► À lire aussi : Le Coup de Phil : "On ressent une concurrence saine et bénéfique pour le groupe"


Fait curieux au vu de son activité sur le terrain, Dendoncker n’aime pas courir. "Je pense que personne n’aime ça. Il le faut au milieu de terrain, surtout à mon poste, plus défensif. Concernant le match contre la Russie, le médian reste prudent. Pour eux, ce sera le premier match, à domicile, contre la Belgique, ils vont tout donner et mettre beaucoup d’agressivité dans les duels. Ce sera à nous d’être prêts et d’essayer de gagner le match."

Notre Diable rouge s’est ensuite laissé aller à un petit questionnaire "Mon premier".

"Mon premier match ?"

"À Passendale, où j’ai grandi. Je devais avoir six, sept ans. Tout ce que je faisais, c’était marquer des buts, dribbler, courir. J’étais meilleur buteur jusqu’à mes douze, treize ans."

"Mon premier match avec les Diables ?"

"Contre la France, là-bas, en amical. Ce n’était pas facile car on menait et ils ont encore mis deux buts. Ce n’était pas mal pour un premier match, rentrer au Stade de France et y battre les Bleus."

"Mon premier poster ?"

"Cela doit être Ronaldinho."

"Mon premier salaire ?"

"Je l’ai mis à la banque pour l’épargner."

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK