De 1-3 à 3-3, les Diables bâclent leur copie en Russie

Les Diables rouges ramènent un triste partage de Sotchi où ils ont été accrochés par la Russie (3-3). Trois jours après le décevant partage contre la Grèce, les hommes de Roberto Martinez n’ont pas vraiment rassuré  - surtout en défense - dans un match sans enjeu et sans rythme. Les Belges menaient 1-3 à la 70e avant de bâcler leur fin de rencontre. Parmi les points positifs, on soulignera une certaine efficacité sur phases arrêtées ainsi que les prestations individuelles de Christian Benteke (2 buts et 1 pénalty provoqué), Nacer Chadli et de Youri Tielemans.

Comme annoncé, Roberto Martinez profite de cette rencontre pour donner du temps de jeu aux habituels remplaçants. Entre les forfaits et les choix, le sélectionneur opère 7 changements par rapport au duel contre la Grèce. Foket et Tielemans fêtent leur première titularisation en équipe nationale. Mignolet, Vermaelen, Dembélé, Mirallas et Benteke sont eux de retour dans le onze de base.

Cette équipe chamboulée est directement prise à froid. Sur un coup franc décentré de Samedov, le ballon file au deuxième poteau dans les pieds de Kombarov. L’ailier gauche remise directement dans l’axe où Vasin surgit au milieu de 5 Diables et ajuste Mignolet. Le marquoir du stade olympique indique 139 secondes et un score de 1-0.

Les Russes, qui n’ont gagné que 2 fois sur leurs 12 derniers matches, laissent l’initiative aux Diables. Les Belges font circuler le ballon et tentent de trouver la faille. Benteke se charge de fissurer la défense. D’un joli mouvement, il se joue de Neustädter qui l’accroche dans le rectangle. Monsieur Marciniak indique le point de penalty. Mirallas frappe plein centre, égalise et débloque un compteur buts grippé depuis novembre 2013 en équipe nationale (1-1, 17e). Dzagoev, blessé, quitte déjà la pelouse.

Benteke frappe deux fois avant la pause

La physionomie du match n’évolue pas. Les Russes sont attentistes, les Belges peinent à hausser le tempo. Mirallas (29e), Alderweireld (33e) et Erokhin (40e) héritent de trois demi-occasions, sans trouver le cadre.

Le jeu des Diables est aussi poussif que contre la Grèce. Mais cette fois, ils parviennent à exploiter leurs phases arrêtées. Chadli, appliqué, amène le danger. L’opportunisme et le réalisme de Benteke font le reste. En deux coups de tête, l’attaquant de Palace place la Belgique devant juste avant la mi-temps (42e et 45e). Big Ben porte son total personnel à 12 et continue son impressionnante série sous l’ère Martinez. En 125 minutes, il a marqué 5 fois.

Au retour des vestiaires, les lignes se détendent des deux côtés. Il y a plus d’espaces mais pas vraiment plus d’occasions. Witsel et Mertens montent au jeu à la 66e et amorcent la valse des changements côté belge. Bukharov fait passer un petit frisson dans les tribunes de Sotchi. La joie du public russe est de courte durée puisque le but du joueur du Zenit est logiquement annulé pour hors-jeu (68e).

Trop de laxisme en fin de match

L’avertissement ne porte pas ses fruits pour une défense belge toujours aussi friable quand elle est mise sous pression. Miranchuk arrache le ballon dans les pieds de Dembélé et lance le contre russe. Il poursuit son effort et conclut calmement du plat du pied pour ramener le score à 2-3 (74e). Les Belges enchainent les erreurs défensives en fin de match et ils finissent par le payer. Bukharov gagne trop facilement son duel avec Alderweireld et glisse le ballon entre les jambes de Mignolet

Ce match devait servir de test, il a mal tourné. Plus que le niveau de jeu, c'est la mentalité qui a fait défaut dans les dernières minutes. Roberto Martinez a du travail avant le 5 juin
et la venue de la République Tchèque.

LE FILM DU MATCH :    

92' : La Russie arrache l'égalisation à cause du laxisme belge

Peu appliqués lors de ces dernières minutes de jeu, les Diables passent tout près de se faire surprendre une première fois suite à une mauvaise passe de Yannick Carrasco, mais Aleksandr Bukharov place le ballon à côté du but de Simon Mignolet.

Quelques secondes plus tard, Aleksandr Bukharov, se présente une nouvelle fois seul devant Simon Mignolet, et cette fois, il ne se loupe pas : la Russie arrache l'égalisation et le partage dans les arrêts de jeu de la rencontre.

90' : Dernière tentative belge, Boyata remplace Vermaelen

Dries Mertens et Romelu Lukaku se lancent à l'offensive, Yannick Carrasco est à la conclusion, mais son but est logiquement annulé pour une faute du buteur napolitain sur Igor Akinfeev.

Dans la foulée, Roberto Martinez effectue son dernier changement : Dedryck Boyata remplace Thomas Vermaelen.

85' : Thorgan Hazard prend la place de Mousa Dembélé

Thorgan Hazard peut à son tour participer à la fête : le médian de Mönchengladbach remplace Mousa Dembélé.

77' : Nouveaux remplacements côté belge

Christian Benteke et Nacer Chadli quittent la pelouse. Romelu Lukaku et Yannick Carrasco montent au jeu.

74' : Les Russes profitent d'une perte de balle de Mousa Dembélé

Alors que les Russes peinent à se montrer dangereux, Mousa Dembélé perd le ballon plein axe. Aleksandr Bukharov et Aleksei Miranchuk partent rapidement en contre-attaque, combinent et mettent la défense belge dans le vent. Le dernier nommé tire, Simon Mignolet intervient, mais sa main n'est pas assez ferme : 2-3.

66' : Premiers changements côté belge, but annulé côté russe

Roberto Martinez procède à ses deux premiers changements : Youri Tielemans et Kevin Mirallas sont remplacés respectivement par Axel Witsel et Dries Mertens.

Dans la foulée, Aleksandr Bukharov pousse le ballon au fond des filets de Simon Mignolet, mais le but est logiquement annulé en raison d'une position de hors-jeu.

45' : Christian Benteke s'offre un doublé en l'espace de trois minutes !

Juste avant la pause, la Belgique obtient un coup franc intéressant, que Nacer Chadli prend une nouvelle fois à son compte. Le médian de WBA dépose le cuir sur la tête de Christian Benteke, dont la reprise fait mouche pour la deuxième fois en l'espace de trois minutes : 1-3 !

42' : Christian Benteke place la Belgique aux commandes

Les Diables obtiennent un coup de coin que Nacer Chadli se charge de donner. Le ballon arrive sur la tête de Jan Vertonghen, dont la reprise est repoussée à même la ligne par Dmitri Kombarov. Christian Benteke est présent au bon endroit et se jette pour inscrire, de la tête, son onzième but en équipe nationale : 1-2 !

29' : Kevin Mirallas arme une frappe puissante, mais non cadrée

Le match manque de rythme, mais les Diables tentent enfin d'animer la rencontre : Radja Nainggolan isole subtilement Kevin Mirallas sur le flanc gauche, le buteur du jour se joue de son adversaire direct et arme une frappe, qui s'envole au-dessus de la cage défendue par Igor Akinfeev.

16' : Christian Benteke obtient un penalty, Kevin Mirallas le convertit

Christian Benteke fait parler sa technique et se faufile dans le grand rectangle. Roman Neustädter accroche l'attaquant de Crystal Palace, l'arbitre de la rencontre, Szymon Marciniak, n'a d'autre choix que d'indiquer le point de penalty.

Kevin Mirallas prend ses responsabilités et glisse le ballon sous Igor Akinfeev, qui passe tout près d'arrêter l'envoi de l'ailier d'Everton : 1-1, le Liégeois n'avait plus marqué chez les Diables depuis novembre 2013 !

3' : Viktor Vasin ouvre le score (1-0)

Le ballon à peine mis en jeu, la Russie obtient un bon coup franc suite à une faute de Thomas Vermaelen. Aleksandr Samedov se charge de le botter, Nacer Chadli intervient mais ne parvient pas à écarter le danger, Dmitri Kombarov remise vers Viktor Vasin qui n'a plus qu'à conclure devant un Simon Mignolet impuissant : c'est 1-0 après... 139 secondes !

La composition des équipes

Russie : Akinfeev, Neustädter, Vasin, Kudryashov, Samedov, Zobnin, Dzagoev, Kombarov, Erokhin, Kanunnikov, Poloz

Belgique : Mignolet, Alderweireld, Vermaelen, Vertonghen, Foket, Nainggolan, Tielemans, Dembélé, Chadli, Mirallas, Benteke

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK