"Cela manque d'adversité car on se rend ces matches plus ou moins faciles"

Les Diables rouges ont terminé la saison par un beau succès face à l’Ecosse (3-0). Ils ont régalé leur public avant de profiter de vacances bien méritées.

"Comme à chaque fois dans ce type de match, je retiendrai le sérieux, l’application et surtout, ce qui est essentiel dans le football, la victoire au bout avec trois buts", analyse Frédéric Waseige.

"Le point le plus positif de la soirée est la clean-sheet, affirme de son côté Thomas Chatelle. Y a-t-il des leçons à tirer de ce match pour progresser ? On en trouve toujours. J’ai l’impression que le perfectionnisme de Roberto Martinez pousse les joueurs à en trouver, même contre des opposants un peu plus faciles. On ne se permet pas des petites imperfections. Contre l’Ecosse, on a voulu rendre une copie presque parfaite jusqu’au bout".

Avec 12 points sur 12, cette phase qualificative pour l’Euro 2020 se révèle être un long fleuve tranquille pour la Belgique.

"On le savait. Maintenant, on peut être sur un fleuve tranquille et avoir une avarie. Mais cela ne nous arrive pas car on a le sérieux, la classe individuelle et collective. On n’en peut rien si on joue contre moins fort mais on ne gâche rien. Non seulement on gagne mais cela joue bien. 25 tirs aujourd’hui face à une équipe qui joue dans son rectangle, je pense qu’il n’y a rien à ajouter", souligne Frédéric Waseige.

Et Chatelle d’embrayer : "Cela manque d’adversité car, nous, on se rend ces matches plus ou moins faciles. Après, on fait avec ce qu’on a. On a une capacité d’adaptation. On a tellement de cordes à notre arc : le talent d’Eden Hazard, le coup de patte de De Bruyne et éventuellement Dries Mertens, on a les flancs avec un Castagne qui a fait des énormes prestations… On a d’énormes possibilités offensivement. Ma question est plus sur l’aspect défensif. On a notre trio (Alderweireld, Kompany, Vertonghen) qui, à son âge, peut parfois être mis en difficulté face à des joueurs très rapides. Et puis, défensivement, je pense à nos flancs aussi qui ne se sont finalement exercés qu’offensivement dans les derniers matches".

Aujourd’hui, la question est de savoir, non pas si les Diables rouges vont se qualifier pour l’Euro 2020 mais plutôt quand.

"Les Diables se sont relancés après la Coupe du Monde comme je ne le pensais pas. En tout cas, pas à ce point-là. Ils sont tous dirigés vers cet Euro. Cette génération a vraiment envie d’aller chercher un titre", confie Thomas Chatelle.

L’un des hommes qui pourra aider la Belgique à atteindre cet objectif est sans aucun doute KDB. Elu "Devil of The Match" contre l’Ecosse, Kevin De Bruyne a rappelé son importance dans le onze belge même si, en raison de diverses blessures, il n’avait plus joué avec les Diables entre la petite finale du Mondial et la rencontre face Kazakhstan samedi dernier.

"C’est la preuve de la richesse de notre noyau. Il nous a manqué sans altérer nos résultats. De Bruyne dans une équipe, c’est forcément un plus. Il avait faim, il était heureux d’être là et il l’a montré", conclut Frédéric Waseige.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK